24 décembre 2015
Relève agricole
Anolise Brault et Mathieu Palardy décrochent une bourse de 10 000 $
Par: Jean-Luc Lorry
Sur la photo, de gauche à droite : Léon Guertin, directeur général du Salon de l’agriculture, en compagnie du lauréat Mathieu Palary. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sur la photo, de gauche à droite : Léon Guertin, directeur général du Salon de l’agriculture, en compagnie du lauréat Mathieu Palary. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sur la photo, de gauche à droite : Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains et maire de Saint-Bernard-de-Michaudville, en compagnie de la lauréate Anolise Brault. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sur la photo, de gauche à droite : Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains et maire de Saint-Bernard-de-Michaudville, en compagnie de la lauréate Anolise Brault. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Anolise Brault et Mathieu Palardy, deux jeunes agriculteurs de la MRC des Maskoutains, ont reçu individuellement une bourse de 10 000 $.

Publicité
Activer le son

Ce coup de pouce financier s’inscrit dans le cadre de la Bourse de la relève agricole de la grande région de Saint-Hyacinthe, un concours organisé chaque année par la MRC des Maskoutains et le Salon de l’agriculture.

« Une somme de 10 000 $ constitue un apport financier plus qu’intéressant pour un jeune producteur agricole rempli d’idées et de rêves pour la croissance de son entreprise. Le conseil de la MRC des Maskoutains est fier de soutenir la relève agricole sur son territoire », indique ­Francine Morin, préfet de la MRC des ­Maskoutains.

Bourse du bonheur

Diplômée en Technologie de la production horticole et de l’environnement à l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de Saint-Hyacinthe, Anolise Brault se spécialise dans la production d’oeufs (cailles, canes et oies).

Cette jeune agricultrice est copropriétaire avec ses parents et son conjoint de la ferme Le bonheur est dans le pré située à Saint-Jude.

« La bourse va me permettre de ­développer un nouveau de produit d’oeufs de cailles prêts à être consommés. Nous voulons ­percer le marché de la grande distribution ainsi que celui des hôtels, des restaurants et des traiteurs », précise Mme Brault.

Une partie de cette bourse sera destinée à la création d’un site Internet pour la ferme familiale.

Support à la relève

Le second lauréat, Mathieu Palardy, ­souhaite prendre la relève de son père qui est propriétaire de la Ferme Martin ­Palardy à Saint-Damase.

L’entreprise agricole familiale cultive 320 hectares de terres destinés à la culture de maïs grain et de maïs sucré, de soya et de blé.

« Cette bourse va m’aider au démarrage de mon entreprise. Je compte acquérir une terre de mon père qui servira ­principalement à la culture du maïs sucré », mentionne Mathieu Palardy.

Ce jeune agriculteur est sur le point de terminer ses études en Gestion et technologies d’une entreprise agricole à l’ITA.

image