20 septembre 2018
Après une saison dominante dans la ligue universitaire canadienne
Anthony Beauregard retente sa chance chez les pros
Par: Maxime Prévost Durand
Anthony Beauregard retente sa chance chez les pros

Anthony Beauregard retente sa chance chez les pros

La domination d’Anthony Beauregard avec les Stingers de l’Université Concordia dans la ligue universitaire canadienne de hockey la saison dernière n’est pas passée inaperçue. En plus de l’essai que lui a offert le Rocket de Laval au printemps, il a attiré les regards de plusieurs équipes professionnelles, dont quelques-unes lui ont soumis des offres. Au cours de l’été, il s’est entendu avec le Beast de Brampton, une équipe de la ECHL dont il joindra les rangs ce printemps.

Publicité
Activer le son

L’attaquant de Saint-Damase, élu joueur de l’année dans le circuit universitaire canadien, fera par la même occasion un retour dans la ECHL. Il avait évolué avec le Fuel d’Indy pendant près d’une demi-saison il y a deux ans avant de porter l’uniforme des Stingers.

Ses 60 points, dont 19 buts, en seulement 28 parties la saison dernière ont fait écarquiller bien des yeux et le téléphone s’est mis à sonner plus la saison avançait. « Dès que j’ai commencé à faire beaucoup de points, les équipes sont venues me parler », a-t-il soutenu dans une rencontre avec LE COURRIER plus tôt cet été.
Maintenant âgé de 22 ans, Beauregard sentait qu’il devait saisir cette nouvelle occasion de se faire valoir chez les pros. « C’est certain qu’avec la saison que j’ai connue, je me suis dit que je donnerais un dernier coup pour ma carrière professionnelle. Je vais tout de même essayer de continuer l’école avec des cours à distance », a-t-il affirmé.

Même s’il a obtenu un contrat d’essai amateur avec le Rocket de Laval, avec qui il a disputé une dizaine de rencontres à la fin de la dernière saison, l’ancien des Gaulois n’a reçu aucune offre du club-école du Canadien de Montréal. Il a finalement signé un contrat dans la ECHL avec le Beast de Brampton, qui est affilié à l’organisation des Sénateurs d’Ottawa.

« En signant juste un contrat de la East Coast, je pourrais être rappelé par n’importe quelle équipe de la ligue américaine durant la saison, a-t-il expliqué. L’important pour moi sera d’avoir un bon début de saison et ensuite je pourrai espérer être rappelé dans la ligue américaine. »

Les quelques parties qu’il a jouées avec le Rocket au printemps lui ont permis d’acquérir un grand bagage en vue de la prochaine saison. « J’ai vu à quel point c’était une autre game, s’est-il souvenu à propos de sa première expérience dans la ligue américaine. Oui, ça reste du hockey, mais les gars sont vraiment intelligents sur la glace. »

Il ignorait d’ailleurs qu’il aurait la chance de jouer 10 des 11 derniers matchs de la saison régulière de la formation lavalloise. « J’aurais pu rester là juste une partie ou deux, mais mon but était de rester jusqu’à la fin de la saison et ils m’ont finalement retranché de l’alignement juste une fois en 11 parties. Dans l’ensemble, je pense que j’ai bien fait, même si j’en veux toujours plus. »

Véritable fabricant de jeu, Anthony Beauregard a particulièrement séduit le Beast de Brampton par sa rapidité et sa vision du jeu. Le directeur des opérations hockey de l’équipe, Frédéric Lemay, a même souligné dans un communiqué que leur nouvelle acquisition sera une menace à l’offensive au sein de la ligue.

« En allant à Brampton, je veux surtout bien performer et aider l’équipe à gagner, même si mon but est de jouer dans la ligue américaine dès cette saison », a indiqué Beauregard. Avant de se joindre au Beast, il est prévu que l’attaquant participe au camp d’entraînement des Sénateurs de Belleville à la fin septembre.

image