20 avril 2017
Hockey
Anthony Beauvillier, des Gaulois à la LNH
Par: Maxime Prévost Durand
Anthony Beauvillier pose fièrement avec la rondelle de son premier but dans la LNH.  Photo Courtoisie Twitter

Anthony Beauvillier pose fièrement avec la rondelle de son premier but dans la LNH. Photo Courtoisie Twitter

Anthony Beauvillier a causé la surprise en se taillant une place au début de la saison au sein de l’alignement des Islanders de New York, à seulement 19 ans. Encore mieux, il y a disputé 66 matchs, dont un mémorable au Centre Bell face au Canadien de Montréal, où il a marqué un but face à Carey Price en plus d’être nommé la première étoile de la rencontre. Des Gaulois du Collège Antoine-Girouard à la Ligue nationale de hockey, retour sur la progression fulgurante du jeune prodige.

Lorsqu’on parle d’Anthony Beauvillier à Saint-Hyacinthe, impossible d’oublier la trace qu’il a laissée avec les Gaulois. Élu joueur par excellence de la Ligue de hockey midget AAA lors de la saison 2012-13, il avait été le meilleur marqueur du circuit avec une récolte de 39 buts en 41 parties. Au total, il avait cumulé 64 points, plus que quiconque lors de cette saison.

Sa domination n’était pas passée inaperçue, si bien qu’il était choisi au deuxième rang du repêchage de la LHJMQ par les Cataractes de Shawinigan, le jour de son 16e anniversaire. Dès la saison suivante, il se joignait d’ailleurs à l’équipe de la Mauricie, après seulement une campagne complète dans la ligue midget AAA.

Depuis ce temps, les attentes ont toujours été grandes à son égard. Sa première saison dans l’uniforme des Cataractes en aura été une d’adaptation, confronté à un niveau de jeu plus élevé et des joueurs plus imposants. Même si ses statistiques ont été plus modestes, cette saison lui a aussi servi de motivation afin d’augmenter le niveau de son jeu.

Dès la saison 2014-15, Beauvillier s’est hissé parmi les meilleurs joueurs du circuit Courteau avec des statistiques impressionnantes pour un jeune de 17 ans. En 67 parties, il a compté 42 buts et cumulé plus de 94 points, le propulsant dans le top 10 des meilleurs pointeurs.

Son impact au sein des Cataractes a continué de se faire sentir lors de la campagne suivante. Le nouveau capitaine du club de Shawinigan a mené l’équipe jusqu’en finale de la Coupe du Président et, même s’il a disputé 20 matchs en moins que la saison précédente, il a tout de même marqué 40 buts et a amassé 39 passes.

Ses succès ont été remarqués par Équipe Canada junior, si bien que l’attaquant s’est taillé une place au sein de la formation canadienne lors du Championnat du monde junior en décembre 2015. L’année précédente, il avait aussi défendu les couleurs de l’unifolié au tournoi mondial des moins de 18 ans.

New York, New York

Le 26 juin 2015, la route d’Anthony Beauvillier vers la Ligue nationale débutait. À la fin de la première ronde de la séance de repêchage, tenue en Floride, les Islanders de New York réalisaient un échange pour obtenir le 28e choix au total, où ils ont finalement sélectionné le Maskoutain d’adoption. Il devenait du même coup le tout premier joueur issu des Gaulois d’Antoine-Girouard à être nommé en première ronde du repêchage de la LNH.

Déjà l’automne suivant, il faisait écarquiller bien des yeux au camp d’entraînement de sa nouvelle équipe. Mais à peine âgé de 18 ans, il était renvoyé avec les Cataractes, un scénario qui aurait pu se répéter cette année. Sauf que sa polyvalence et son éthique de travail lui ont permis d’obtenir une véritable chance au sein des Islanders dès sa deuxième tentative, en septembre dernier.

« C’est un des joueurs qui a émergé du camp. Je le mets au centre, à l’aile gauche, à l’aile droit, je le mets dans toutes les situations et il fait bien les choses. C’est ce que nous recherchons », notait l’entraîneur-chef Jack Capuano, à quelques jours du dévoilement de l’alignement final des Islanders.

Du rêve à la réalité

Sa place s’est confirmée à la mi-octobre et quelques matchs plus tard, on savait qu’il ne retournerait plus avec les Cataractes cette saison. Du rêve à la réalité, Beauvillier se retrouvait soudainement dans le même vestiaire que la supervedette du club, John Tavares, un joueur qu’il regardait avec admiration à la télévision.

D’abord utilisé sur le flanc gauche du troisième trio, celui qui porte maintenant le numéro 72 – il avait le 91 à Shawinigan, mais un certain Tavares a eu la priorité avec les Islanders – a gravi les échelons grâce à son énergie sur la patinoire et son talent naturel. Si bien que dans les derniers matchs de la campagne, en l’absence d’un Tavares blessé à une jambe, « Beau » a eu sa chance au centre du premier trio en compagnie de Joshua Ho-Sang et Anders Lee, où ses habiletés offensives ont pu être encore davantage remarquées.

L’ancien des Gaulois a cumulé 9 buts et 15 passes durant cette première saison chez les pros, en plus de conserver un différentiel positif de + 1. Il a fait vibrer les cordages d’un filet de la LNH pour la première fois le 18 octobre dans une défaite de 3 à 2 face aux Sharks de San Jose et inscrit son premier but victorieux dans un scénario de rêve, à Montréal, devant famille et amis, dans un gain de 3 à 0 face au Canadien.

En une saison, Anthony Beauvillier est passé d’un espoir prometteur à un joueur d’avenir pour les Islanders de New York. Et son histoire ne fait que commencer. 

image