27 décembre 2012
Antoine-Girouard à la croisée des chemins
Par: Jean-Luc Lorry
Le Collège Antoine-Girouard de Saint-Hyacinthe.

Le Collège Antoine-Girouard de Saint-Hyacinthe.

La direction du Collège Antoine-Girouard de Saint-Hyacinthe doit trouver rapidement des solutions pour freiner la baisse inquiétante au niveau des inscriptions.

Publicité
Activer le son

« Nous devons réagir pour enrayer la diminution du nombre d’élèves. Pour le moment, notre seuil de rentabilité n’est pas atteint », indique en entrevue au COURRIER, Alain Rivard, président du conseil d’administration du Collège Antoine-Girouard.

Chaque année, le Collège doit réussir à recruter 120 nouveaux élèves pour équilibrer son budget de fonctionnement. À la suite des Portes ouvertes, on a dénombré moins de 100 inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire.« On observe une compétition de plus en plus forte avec les écoles secondaires publiques du territoire. Il faut être imaginatif pour tirer notre épingle du jeu. Nous devons réussir à atteindre un certain niveau d’inscription pour assurer notre viabilité », considère Alain Rivard.En début de semaine, le conseil d’administration du Collège Antoine-Girouard a rencontré les responsables du Séminaire pour réfléchir à l’avenir de l’établissement scolaire. « Le Collège Antoine-Girouard doit se positionner. Il est rendu à un tournant de son histoire », estime l’abbé Jean Corbeil, supérieur du Séminaire de Saint-Hyacinthe.

Des solutions

Le conseil d’administration du Collège Antoine-Girouard a demandé à la direction de trouver des solutions pour redevenir attractif auprès de sa clientèle.

Le Collège pourrait accueillir des élèves en difficulté d’apprentissage. « Ce type de programme assez populaire est uniquement offert par l’École secondaire Saint-Joseph au niveau des établissements privés de Saint-Hyacinthe », constate M. Rivard. Le sport demeure le créneau principal du Collège Saint-Joseph. L’école compte 563 élèves dont 240 garçons, qui participent au programme de hockey (quatre équipes de Sport-Études).L’arrivée possible du secteur privé pour résoudre le manque de patinoires à Saint-Hyacinthe préoccupe d’ailleurs la direction du collège. « Ce projet de nouvel aréna nous interpelle beaucoup. Dans un contexte de privatisation, le tarif des heures de glace pourrait grimper et nous affecter financièrement », croit Alain Rivard. Actuellement, les élèves du Collège disposent pour la pratique du hockey du stade C.-A.-Gauvin et du Pavillon de la jeunesse.

image