18 février 2021
Basketball
Après Princeton, Jérôme Desrosiers ira à Hawaï
Par: Maxime Prévost Durand

À peine Jérôme Desrosiers avait-il confirmé qu’il se joindrait à l’Université d’Hawaï l’an prochain que déjà un montage le montrant dans ses nouvelles couleurs lui était envoyé par sa nouvelle équipe. Photo gracieuseté

Le joueur de basketball Jérôme Desrosiers a confirmé récemment qu’une nouvelle destination l’attend en vue de la prochaine saison de basketball de la NCAA. Après avoir défendu les couleurs de l’Université de Princeton, où il termine présentement son baccalauréat en anthropologie, le Maskoutain se joindra à l’équipe de l’Université d’Hawaï.

Publicité
Activer le son

L’athlète de 23 ans devait disputer ces mois-ci sa quatrième et dernière saison avec Princeton, mais la pandémie en a décidé autrement. Tout le calendrier de la conférence Ivy League, dans laquelle son équipe s’aligne, a été annulé. Cette situation fait en sorte que Desrosiers conserve une année d’éligibilité pour continuer de jouer dans la NCAA. Puisqu’il aura terminé ses études à Princeton à la fin de la prochaine session, il avait l’opportunité de se tourner vers une autre université pour la suite de son parcours d’étudiant-athlète et c’est à Hawaï qu’il ira. En plus d’intégrer l’équipe de basketball, qui fait partie de la conférence Big West, le géant de 6’7” fera un certificat d’un an en business.

« Je le prends comme un tremplin pour aller dans le monde du basketball après [mes études] », souligne l’ailier qui ne perd pas de vue une carrière de joueur professionnel, qu’elle soit en Amérique du Nord ou en Europe.

Ironiquement, c’est par une journée glaciale de -20 degrés Celsius que Jérôme Desrosiers a confirmé son intention de joindre l’Université d’Hawaï. « Il y avait une tempête de neige en plus », raconte-t-il.

Même si l’attrait de la destination est bien présent, c’est surtout le style de jeu de la formation hawaïenne, similaire à celui de Princeton à certains niveaux, qui a convaincu le Maskoutain.
« Ça m’a attiré, affirme-t-il. Puis, l’entraîneur-chef m’a dit quelque chose que j’ai beaucoup aimé. [Dans sa philosophie], il veut juste que les joueurs soient happy et c’est comme ça que je vis ma vie, alors ça me rejoignait. »

Même s’il se réjouit de ce nouveau chapitre qui s’écrira à compter de cet été, Desrosiers ne cache pas sa déception de ne pas pouvoir jouer son année senior avec Princeton.
« Je m’y attendais un peu, pour ne pas être trop déçu si la saison était annulée. Mais quand ça a été annoncé, j’étais quand même triste, même si on s’en doutait. Ma dernière année à cette école m’a été arrachée, mais ce sont les circonstances du moment et on ne peut rien y faire », soutient-il, avec une touche de résilience.

Même si ses cours se poursuivent principalement en ligne, il a pu réintégrer le campus universitaire cet hiver, après avoir passé quelques mois en Georgie dans une maison louée avec des amis. « J’ai un appartement juste à côté de l’université. C’est le fun [d’être de retour], je m’ennuyais de ça, surtout que c’est mon dernier semestre [à Princeton]. »

Avec le basketball qui est annulé et seulement deux cours à l’horaire pour cette dernière session, Jérôme Desrosiers se retrouve avec beaucoup de temps libre. Il peut ainsi se consacrer à l’écriture de sa thèse, tout en continuant de s’entraîner individuellement pour garder la forme en vue de son arrivée à Hawaï. Il prévoit s’y rendre dès juillet, ce qui lui permettra d’apprendre à connaître ses nouveaux coéquipiers avant d’entamer sa dernière saison dans la NCAA. « J’ai hâte », conclut-il avec le sourire dans la voix.

image