6 décembre 2012
Aréna : encore des questions pour le maire
Par: Le Courrier
Jean-François Daoust

Jean-François Daoust

Publicité
Activer le son

Monsieur le Maire,

Depuis la nouvelle, ou disons la conférence de presse au sujet du projet de la construction de trois nouvelles glaces, j’ai assisté à toutes les séances du conseil de ville. J’étais présent le soir du 5 novembre quand vous avez annoncé officiellement que vous étiez en train de négocier avec l’entreprise Siscomax sur une entente qui lui permettrait de venir s’installer à Saint-Hyacinthe pour y bâtir et gérer un complexe sportif composé de trois patinoires.Depuis, j’ai assisté à toutes vos séances et j’ai posé plusieurs questions. J’ai insisté et répété certaines de mes questions dans le but d’obtenir des réponses claires afin de mieux cerner votre projet. J’ai écrit une lettre ouverte au conseil par l’entremise du Courrier de Saint-Hyacinthe en vous demandant de répondre à plusieurs de mes questions. Avez-vous répondu à ces questions? Non.Avez-vous permis que les gens en place qui gèrent ce dossier puissent me répondre? Non. Tout est secret et tout doit demeurer ainsi à votre demande. Pourquoi?Pour avoir une meilleure force de négociation? Peut-être, mais j’en doute. Je crois personnellement que tout est planifié dans le but de ne pas faire de vague. Tout est organisé pour que le dossier se règle rapidement sans laisser la chance aux citoyens de se mobiliser et de prendre position. Sinon, comment expliquer votre calendrier serré en pleine période des fêtes? Vous avez mentionné hier au conseil qu’il y aura une rencontre privée entre les conseillers le 14 janvier afin de discuter du projet et que la décision sera entérinée par résolution le 21 janvier si elle est acceptée par eux. Il n’y aura donc aucune rencontre avec les citoyens à la suite de la seule rencontre de présentation de votre projet, en présence du partenaire privé. Désolé, mais je n’y vois aucune place à la discussion.Votre unique rencontre du 18 décembre sera une rencontre informative expliquant le projet dans son ensemble avec votre partenaire Siscomax. Ce groupe privé n’a pas la responsabilité et la légitimité d’expliquer le choix et de justifier les orientations de la Ville. Ce n’est pas son rôle de faire le procès de ce projet. C’est aux conseillers, au maire et aux citoyens de s’asseoir ensemble afin de discuter de l’orientation et de prendre position. Une rencontre supplémentaire se doit d’être ajoutée à votre calendrier. Il serait déplacé de votre part de refuser d’ajouter cette rencontre que je réclame au nom de vos citoyens. Actuellement, au Québec les gens sont très sceptiques face au monde municipal et demandent la transparence dans les décisions des élus. À Saint-Hyacinthe, vous ne faites pas exception. Les gens comprennent très mal votre façon de gérer ce projet en catimini et ce changement de cap radical de dernière minute, en fin de mandat. Lors de votre dernière élection, ce projet n’était nullement prévu. Au contraire, il y a trois ans, l’orientation de la Ville était de construire un nouvel aréna par elle-même. Ceci étant dit, je ne peux terminer ma lettre sans vous exprimer ma grande déception face à vous et à vos conseillers. Je croyais personnellement que vous connaissiez mieux ce dossier. Vous êtes revenu vous-même sur certaines déclarations en disant que vous n’aviez pas la bonne information deux semaines auparavant. Vous vous êtes fait contredire en pleine séance par une de vos conseillères à savoir que le fameux rapport produit par le comité responsable de ce projet n’était pas aussi complet que vous le mentionniez. Ma grande déception face aux membres du conseil est de constater qu’ils respectent votre consigne de garder le silence et de garder tout le dossier secret. Un conseiller ne devrait jamais avoir le mandat de se taire et de ne rien dire.J’applaudis haut et fort la conseillère Brigitte Sansoucy qui vous a contredit à la séance du 19 novembre et qui a mentionné aux autres membres du conseil qu’elle était contre le fait de garder toutes les rencontres plénières secrètes. Personnellement, je pense que le rôle d’un conseiller est d’informer, d’écouter, de discuter avec la population et de représenter ses citoyens lors des décisions.Jusqu’à ce jour, dans ce projet, je regrette, mais vos conseillers ont manqué à leurs devoirs. En conclusion, je vous demande d’ajouter à votre calendrier une rencontre consultative avec l’ensemble des intervenants dans ce projet avant la rencontre finale du conseil qui prendra la décision. Je crois que ce projet est trop important pour ne pas être discuté avec les citoyens et les contribuables.Lors de votre prochaine séance du conseil, le 17 décembre, je serai sur place et je m’attends à recevoir une réponse positive de votre part. Si la réponse est négative, sachez que je vous inviterai personnellement, ainsi que tous les conseillers, votre comité responsable du dossier et les médias intéressés à une rencontre. Cette rencontre visera à discuter du projet avec tous les intervenants touchés par votre décision. Elle aura lieu pendant la semaine du 7 janvier 2013.Lors de cette rencontre non officielle, nous vous présenterons un rapport qui expliquera et démontrera les raisons de vouloir conserver la gestion de nos arénas.

Jean-François Daoust, Citoyen engagé de Douville, père de famille et contribuable

image