4 février 2021
David Savard
Au cœur du retour au jeu de la LNH
Par: Maxime Prévost Durand

David Savard a fait partie des membres de l’association des joueurs qui ont participé aux discussions entourant le retour au jeu dans la LNH. Photo Instagram

En prévision de la saison qui a été lancée au début janvier, David Savard s’est impliqué dans le processus menant au retour au jeu dans la LNH. Il a fait partie des membres de l’association des joueurs au cœur des discussions avec les dirigeants du circuit.

Publicité
Activer le son

« J’étais sur le comité avec une dizaine de joueurs qui étaient sur les appels pour avoir les mises à jour et soumettre des idées, raconte le Maskoutain. Je parlais à Gary Bettman pratiquement tous les jours et on avait des appels [avec l’association] tous les deux ou trois jours. Ç’a été un processus dans lequel c’était le fun d’être impliqué, de voir comment ça se passe et quelles demandes étaient faites. »

Ce travail en aura été un de longue haleine vu l’incertitude toujours bien présente en raison de la pandémie.

« Des fois, ça devenait redondant un peu. Quand ça fait deux mois et demi que tu es sur les téléphones, tu as l’impression que ça n’avance pas, pour que finalement tout se règle en très peu de temps [à la fin décembre]. Des fois, tu te demandes pourquoi on a passé autant de temps à attendre. J’ai l’impression qu’on aurait pu recommencer plus vite, mais ce sont des choses qui arrivent. Il y avait beaucoup de choses qui étaient hors de leur contrôle. Juste la façon dont ça fonctionne dans tous les États et provinces, ce sont toutes des règles différentes, donc ça faisait beaucoup de choses à penser et ça devenait difficile de prendre une décision. »

Savard ne pourrait être plus heureux que la saison soit enfin lancée. « Ça fait du bien de recommencer à jouer et de retrouver un peu de notre vie normale en tant que joueur de hockey, d’être en équipe et de recommencer à voyager. »

Il est surtout heureux de ne pas avoir à revivre la « bulle » comme lors des séries éliminatoires l’été dernier. « C’était de longues journées, se souvient-il à propos de cette expérience. Dans les circonstances, la Ligue nationale a fait un excellent travail, mais d’être confinés à l’hôtel et à son patio alors qu’on voyait les gens marcher dans la rue, je pense qu’il y a beaucoup de monde qui aurait aimé juste pouvoir aller bouger un peu. »

Pour faciliter la tenue de la nouvelle saison, les divisions du circuit Bettman ont été brassées pour regrouper les équipes selon une logique territoriale, puis chaque équipe n’affrontera que celles de sa division durant le calendrier régulier. Comme plusieurs, David Savard croit que cette formule permettra d’ajouter un peu d’intensité aux confrontations, « même si c’est un peu plus difficile sans les fans », ajoute-t-il.

L’absence de partisans dans les gradins ne se fait pas particulièrement ressentir durant le jeu – « c’est moins pire qu’on pourrait penser », dit-il -, mais affecte tout de même l’énergie des joueurs entre leurs présences sur la patinoire.

« D’habitude, après une bonne présence ou un gros arrêt, les fans applaudissent et ça peut changer le momentum, tandis que là, on n’a pas ça. Pour chaque présence, tu dois créer ton momentum. Dès qu’il y a un sifflet, on dirait que tu repars de zéro, tandis qu’avec les fans, quand ils sont derrière toi, tu continues plus sur ce momentum-là. »

Maintenant que la saison est lancée, le défenseur espère que la pandémie ne viendra pas bousiller les plans établis par la ligue. À ce niveau, quelques matchs du circuit ont déjà dû être reportés en raison de cas de COVID-19 chez certains joueurs, mais un simple remaniement au calendrier permet de gérer ces situations.

« C’est dur à dire [si la pandémie va avoir un impact sur la saison]. À Columbus, on a quand même plusieurs joueurs qui ont eu [la COVID-19] avant que la saison commence. Peut-être que ça va nous protéger pendant un certain temps, vu qu’ils parlent de trois mois d’immunité après. […] On a eu un autre cas depuis et ça s’est limité à une personne. Le fait qu’on soit testé tous les jours, c’est quelque chose qui va aider à garder un certain contrôle même s’il y a quelques tests positifs. […] La ligue a mis des protocoles qui sont assez sévères et qui devraient nous permettre de jouer toute la saison », croit Savard.

image