19 janvier 2017
Les municipales 2017 dans la MRC des Maskoutains
Au moins trois départs chez les maires
Par: Benoit Lapierre
Assurément, le conseil des maires de la MRC des Maskoutains ressortira modifié des élections municipales 2017, en raison des départs déjà annoncés. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Assurément, le conseil des maires de la MRC des Maskoutains ressortira modifié des élections municipales 2017, en raison des départs déjà annoncés. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Considérablement modifié après les élections municipales de 2013 – pas moins de six nouvelles figures y avaient fait leur entrée -, le conseil de maires de la MRC des Maskoutains subira d’autres changements au terme des élections générales du 5 novembre 2017 dans les municipalités.

Publicité
Activer le son

En ce début d’année électorale, déjà trois maires ont confirmé qu’ils allaient quitter la scène politique municipale à la fin de leur mandat. « Je ne reviens pas. Je laisse la place à de jeunes loups qui veulent se battre comme je le fais depuis 20 ans », a confirmé au COURRIER le maire de Saint-Simon, Normand Corbeil.

Tout comme lui, le maire de Saint-Liboire, Denis Chabot, se retirera de la scène politique municipale cet automne, à la dissolution de son conseil. « J’ai été conseiller durant 11 ans et c’est mon deuxième terme à la mairie. Après 19 ans au conseil, c’est assez, j’ai fait ma part, et il devrait y avoir de la relève. Il y en a qui attendaient le moment où je ne me représenterais pas », a confié le maire Chabot.

À Saint-Marcel-de-Richelieu, le maire sortant, Réjean Bernier, dira également adieu à la politique municipale en 2107, lui qui avait succédé au maire Yvon Pesant aux élections de 2013. « J’aurai bientôt 75 ans et, à mon âge, il faut comprendre qu’on doit laisser la place aux jeunes. J’ai aimé le travail de maire, j’ai fait ce que j’avais à faire, sauf la fusion (avec Saint-Louis et Saint-Aimé) », a-t-il résumé.

Parmi ceux déjà bien décidés à conserver leur poste et qui ne craignent pas de le dire maintenant, on retrouve Richard Veilleux, à Saint-Hugues, et Alain Jobin, à Saint-Barnabé-Sud, deux maires qui terminent leur premier mandat à la mairie. Dans le groupe des « vétérans », Robert Houle, maire de Saint-Dominique depuis 2003, a confirmé son intention de solliciter un autre mandat. C’est ce qu’a fait aussi Raymonde Plamondon, qui est maire de Saint-Valérien-de-Milton depuis 2005. « Il reste plein de choses à faire dans la municipalité, mais on avance, et l’équipe va bien », souligne-t-elle. 

À la Ville de Saint-Pie, Mario Saint-Pierre se dit partant pour un deuxième mandat, mais il ne se prononcera officiellement là-dessus que dans quelques mois. « Il y a encore des choses qui pourraient me faire changer d’idée », a-t-il expliqué.

Francine Morin, de Saint-Bernard-de-Michaudville, Claude Roger, de La Présentation, Yves de Bellefeuille, de Saint-Jude, et Christian Martin, de Saint-Damase, se disent tous en période de réflexion. C’est aussi la situation dans laquelle se trouve Simon Lacombe, de Sainte-Marie-Madeleine, et André Lefebvre, de Sainte-Madeleine, mais dans leur cas, ce sont des raisons de santé qui les rendent indécis. « Si je me représente? Je croirais que oui, si je me remets parfaitement de mon amputation (de l’avant-jambe gauche). Ma décision n’est pas prise », a mentionné M. Lacombe. Au village, André Lefebvre aimerait bien obtenir un second mandat, s’il dispose d’assez de temps pour se lancer en campagne électorale. D’ici l’été, il sera opéré aux deux yeux à cinq mois d’intervalle pour des greffes de la cornée, et subira en plus une intervention à un pied au mois de mars, pour la réparation d’un os brisé.

Le maire de Saint-Louis, Stéphane Bernier, et le maire de Sainte-Hélène-de-Bagot, Yves Petit, ne se sont pas prononcés au sujet des prochaines élections, n’ayant pas répondu aux messages que LE COURRIER leur a laissés. Quant au maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, il a déjà laissé entendre que, à moins d’un imprévu, il sera à nouveau candidat à la mairie en 2017. 

image