1 décembre 2011
Après Savard avec les Blue Jackets
Au tour de Bourdon de goûter aux grandes ligues
Par: Maxime Desroches
Marc-André Bourdon a disputé son premier match en carrière dans la LNH avec les Flyers de Philadelphie, le 20 novembre, contre les Hurricanes de la Caroline.

Marc-André Bourdon a disputé son premier match en carrière dans la LNH avec les Flyers de Philadelphie, le 20 novembre, contre les Hurricanes de la Caroline.

À sa troisième saison dans l’organisation des Flyers de Philadelphie, le Maskoutain Marc-André Bourdon a finalement reçu, le 20 novembre, l’appel dont tout jeune hockeyeur évoluant dans les rangs mineurs rêve, celui de l’état-major du grand club qui lui annonçait son rappel.

publicité

Le général à la défensive des Flyers, Chris Pronger, étant tenu à l’écart du jeu en raison d’un virus, l’arrière de 22 ans a disputé, le lendemain au Wells Fargo Center, sa première rencontre en saison régulière dans l’uniforme orange, noir et blanc, contre les Hurricanes de la Caroline, lui qui avait disputé quelques joutes préparatoires dans le circuit Bettman par le passé.

Jumelé en grande partie à Andreas Lilja et occasionnellement à Matt Carle, Bourdon a livré quelques bons coups d’épaule et s’est bien tiré d’affaire à ses premiers coups de patin dans ce nouvel environnement. Sa performance (15:49 de temps de jeu et un différentiel de +1 dans un revers de 4-2) a eu de quoi rassurer son instructeur Peter Laviolette.« Comme toute recrue, je me disais avant le match de garder les choses simples. Ma force principale, c’est de bien bouger la rondelle, donc je m’en suis tenu à ça. Je pense avoir fait ma part sur le plan physique aussi. Les fans à Philadelphie aiment bien cet aspect du jeu », a-t-il mentionné au COURRIER au lendemain de cette soirée qu’il n’est pas près d’oublier.Les choses n’ont peut-être pas démarré de la façon dont le choix de troisième tour des Flyers l’avait anticipé. À peine cinq minutes s’étaient écoulées au chrono lorsque le Maskoutain a été envoyé au cachot pour avoir causé de l’obstruction. Sa pénalité aura finalement été sans conséquence.« Il y avait un peu de nervosité là-dedans. Honnêtement, je ne pensais pas que mon geste méritait d’être pénalisé. Je voulais seulement m’imposer physiquement dès le début. Heureusement, ça n’a pas coûté de but à l’équipe. »

Un moment partagé

Cette première partie dans les grandes ligues revêtait une importance encore plus particulière pour l’ancien Gaulois du Collège Antoine-Girouard qu’il a pu la partager avec son ami et coéquipier Kevin Marshall, natif de Boucherville, lui aussi rappelé par les Flyers dans les heures précédant le match du 20 novembre. Les deux compagnons évoluent ensemble avec les Phantoms d’Adirondack, dans la Ligue américaine, depuis la campagne 2009-2010.

« Dans le feu de l’action, on n’a pas vraiment eu le temps de se parler, Kevin et moi. N’empêche que c’était un feeling spécial. On savait que notre tour viendrait advenant une blessure, mais on n’aurait jamais pensé que ça nous arriverait en même temps! »

Le Canadien en ville

Tandis que Marshall a été retourné aux Phantoms, Bourdon est demeuré dans l’entourage de l’équipe et a joué 13:06 durant la victoire des Flyers contre les Islanders de New York, le 23 novembre. Puis, vendredi après-midi, il a vécu d’autres émotions fortes lorsqu’il a foulé la glace contre le Canadien de Montréal, l’équipe de son enfance, comme tant d’autres hockeyeurs québécois.

« Durant l’échauffement, je regardais de l’autre côté de la ligne rouge et je n’arrivais pas à croire que c’était le Canadien. C’était un match vraiment le fun à jouer, sauf que je n’avais pas le choix de le voir comme n’importe quel autre match », confie le numéro 43 des Flyers. Bourdon a terminé la rencontre avec 12:17 de temps de glace et un différentiel de 0, en plus d’écoper de deux minutes de punition.« C’est peut-être cliché, mais j’y vais au jour le jour. Pour l’instant, j’essaie seulement de prouver à mes entraîneurs que je suis un défenseur fiable. Je profite de chaque match et de chaque entraînement pour m’améliorer », relativise-t-il, rappelant que Philadelphie possède une belle profondeur à la ligne bleue.En raison de la congestion à l’infirmerie des Flyers, le séjour de Bourdon dans la ville de l’amour fraternel pourrait bien être prolongé de quelques semaines. On raconte que l’absence de Pronger pourrait s’étirer sur quatre semaines, tandis qu’on s’attend à ce qu’Andreas Lilja soit tenu à l’écart du jeu pour les six prochaines.En effectuant ses débuts à Philadelphie, Bourdon est devenu le deuxième Maskoutain à goûter à la LNH en ce début de calendrier. David Savard avait amorcé la saison avec les Blue Jackets de Columbus avant d’être cédé aux Falcons de Springfield après sept rencontres.

image