23 août 2018
Au tour de David Savard d’avoir une patinoire à son nom
Par: Maxime Prévost Durand
En compagnie de nombreux dignitaires, des membres des Loisirs Bourg-Joli et de résidents du quartier Sacré-Cœur, David Savard a procédé à la mise au jeu protocolaire. Photo François Larivière | Le Courrier ©

En compagnie de nombreux dignitaires, des membres des Loisirs Bourg-Joli et de résidents du quartier Sacré-Cœur, David Savard a procédé à la mise au jeu protocolaire. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Après Bruno Gervais et Michel Archambault plus tôt cette année, c’était au tour de David Savard, défenseur étoile des Blue Jackets de Columbus, de voir une patinoire être associée à son nom. Dans une grande fête organisée par les Loisirs Bourg-Joli, les nouvelles installations situées sur le terrain de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme ont été inaugurées vendredi dernier.

David Savard se souvient encore des nombreux tournois de hockey qu’il a disputés avec ses frères et ses amis dans les rues du quartier Sacré-Cœur, où il a grandi. « On habitait sur la rue Sansoucy [aujourd’hui la rue Bernard-Lamontagne] et on se rendait dans l’Impasse Fleury pour jouer au hockey. Il y avait beaucoup d’enfants sur notre rue, des fois ça donnait des matchs de 10 contre 10, c’était un peu ridicule par moment », se remémore-t-il en riant, dans une entrevue accordée au COURRIER.

S’il rêvait d’avoir une patinoire dans son secteur à cet âge, le Maskoutain se réjouit de savoir que les jeunes pourront dorénavant profiter de cette nouvelle installation pour pratiquer leur sport favori. Ils étaient d’ailleurs une dizaine de jeunes venus avec leur bâton afin d’échanger quelques passes avec le sympathique gaillard de 6 pieds 2 pouces et 227 lb.

Cette nouvelle patinoire se trouve tout juste à côté de l’école où Savard a fait son entrée au secondaire. L’athlète de 27 ans avait fréquenté la Polyvalente Hyacinthe-Delorme pendant quelques mois avant que sa famille déménage à Québec.

Il se dit d’ailleurs honoré qu’on se souvienne de lui en tant que fier Maskoutain avec cette patinoire à son nom. « J’ai été surpris quand j’ai été approché pour ce projet. C’est assez flatteur pour un petit gars qui a grandi à Saint-Hyacinthe », a-t-il lancé.

C’est d’ailleurs ici qu’il a joué la majorité de son hockey mineur. Il avait même été entraîné par Mario Pouliot, dont le fils Raphaël jouait dans la même équipe que lui. « Mario coachait le midget AAA en même temps qu’il nous coachait. Par la façon dont il nous entraînait, avec ce qu’on faisait dans les pratiques, ça m’a permis de savoir vers où je m’en allais, sans trop le savoir en même temps. C’est sans doute une des raisons pourquoi j’ai réussi à sortir de l’ordinaire quand je suis arrivé à Québec, j’avais déjà une bonne éthique de travail. »

À cet âge, il ignorait évidemment qu’il atteindrait un jour son rêve de jouer dans la Ligue nationale de hockey. « Je n’ai jamais vraiment cru que j’allais me rendre où je suis présentement, mais les choses ont fait en sorte que j’ai eu quelques coups de chance dans mon parcours et j’ai eu de bons entraîneurs qui ont eu confiance en moi », dit-il.

La patinoire David-Savard est la troisième du genre à être inaugurée cette année, après la patinoire Bruno-Gervais dans le quartier Sainte-Rosalie et la patinoire Michel-Archambault dans le quartier La Providence. Il est possible d’y jouer au hockey en hiver, ainsi qu’au dek hockey et au basketball en été. Ces installations s’inscrivent dans le cadre de projets réalisés par la Ville de Saint-Hyacinthe en collaboration avec les différentes corporations de loisirs de ces quartiers, rendus possibles grâce à une aide financière du gouvernement du Québec dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives. Le coût total pour la construction de ces trois patinoires s’élève à 980 613 $. Chacune des corporations de loisirs (Sainte-Rosalie, La Providence et Bourg-Joli) a investi 100 000 $ dans le projet.

image