5 novembre 2015
Sécurité incendie
Aux municipalités de choisir
Par: Benoit Lapierre

La rupture entre la Ville de Saint-Hyacinthe et la MRC des Maskoutains en matière de sécurité incendie force les municipalités du territoire à s’organiser autrement dans ce domaine, mais des choix restent à faire.

Publicité
Activer le son

En ce qui concerne Saint-Hyacinthe, qui desservait jusqu’ici toute la MRC en ­sécurité incendie – inspections ­préventives et enquête sur les causes ­d’incendies -, la question ne se pose pas. La ville-centre continuera d’assurer le service à l’intérieur de ses propres ­limites, de même que dans la municipalité de La Présentation, à qui elle dispense le service complet de protection contre l’incendie.

Reste à voir ce que feront les 15 autres municipalités de la MRC, qui ont toutes consenti à ce que Saint-Hyacinthe mette fin prématurément à l’entente ­régionale en sécurité incendie signée en février 2012 et qui devait rester en ­vigueur jusqu’à son renouvellement, en février 2017.

Ces municipalités pourraient choisir d’adhérer au nouveau service que la MRC devra créer pour pallier le retrait de Saint-Hyacinthe, comme elles pourraient décider de se doter de leur propre structure en sécurité incendie, seules ou avec des municipalités partenaires. « Elles ont la possibilité d’opter pour ce scénario, tant que ça répond aux critères du ministère de la Sécurité publique », a indiqué le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud, après la séance du conseil des maires du 14 octobre.

À cette réunion, les maires ont ­approuvé les scénarios à inclure au Schéma ­de couverture de risques en sécurité ­incendie. Entré en vigueur en février 2012, ce schéma ne peut être modifié qu’avec l’approbation du ministre de la Sécurité publique. M. Michaud a mentionné que c’est probablement à sa séance du 25 novembre que le conseil des maires statuera sur les nouveautés en sécurité incendie.

Dans les faits, les inspecteurs de Saint-Hyacinthe ne desservent plus la MRC depuis le début de septembre, mais la Ville ne lui réclamera aucune somme non plus pour le mois de juillet. C’est donc dire que sur le budget de 226 075 $ qui devait servir à financer le volet régional sécurité incendie – Saint-Hyacinthe y allait en plus d’une ­autocotisation de 359 333 $ -, il subsiste un surplus libre de 113 000 $ que les ­municipalités pourront réaffecter aux mêmes fins en 2016, selon les scénarios qui seront retenus.

image