12 décembre 2013
Avoir les moyens de ses ambitions
Par: Martin Bourassa

Au cours des dernières semaines, nous avons été confrontés à deux annonces économiques majeures dans la région de Saint-Hyacinthe : l’acquisition prochaine de la Fromagerie Damafro de Saint-Damase par la coopérative Agropur et la mainmise totale de Birch Hill Equity Partners sur la société Maskatel.

Dans les deux cas, et même s’il est un peu tôt pour le jurer, il y a lieu de se réjouir de voir passer ses deux entreprises avantageusement connues et respectées aux mains d’un plus gros joueur de leur industrie respective.Les nouveaux propriétaires ont en effet confirmé leurs intentions d’investir massivement à Saint-Damase et Saint-Hyacinthe afin d’assurer la croissance de Damafro et de Maskatel. Nous en prenons évidemment bonne note.Agropur et Birch Hill Equity apportent avec elles une expertise, des fonds et de l’ambition qui devraient donner des ailes à leurs récentes acquisitions.Dans le cas de Damafro, cette transaction semble l’aboutissement heureux d’une aventure qui l’a été tout autant pour cette fromagerie familiale fondée il y a 30 ans par la famille Bonnet. Celle-ci récolte aujourd’hui le fruit de son dur labeur, elle qui a réussi à faire sa niche dans une industrie en constante mutation.La savoir entre les mains d’Agropur, regroupant 6 300 employés en Amérique du Nord et affichant un chiffre d’affaires de près de 3,8 G$, a quelque chose de rassurant. D’autant plus que cette coopérative semble traverser une période particulièrement faste. Nous en avons comme preuve évidente des investissements importants qui sont en cours dans ses installations de Saint-Hyacinthe où un agrandissement prend forme.Dans la MRC, Agropur comptera donc bientôt deux usines et plus de 350 employés. Cette consolidation survient au moment où Agropur annonce aussi la construction d’un nouveau siège social sur la Rive-Sud, dans l’arrondissement Saint-Hubert à Longueuil. Elle compte y regrouper quelque 600 employés actuellement répartis entre Longueuil, Granby et Saint-Hubert. On aurait certes aimé les voir tous migrer vers la capitale agroalimentaire, mais le prix de consolation n’est quand même pas si mal.Du côté de Maskatel, il n’y a rien de surprenant à voir le fonds d’investissement torontois consolider son emprise sur la société maskoutaine, elle qui possédait déjà 20 % de son capital. Clairement, Maskatel n’avait plus les moyens de ses ambitions et de soutenir son plan de développement. Longtemps minée par des querelles internes au niveau de l’actionnariat et des liquidités vacillantes, l’entreprise de télécommunications peinait à garder la tête hors de l’eau dans un univers hautement concurrentiel. C’était évident que notre David des temps modernes n’était pas de taille à affronter tous les Goliath de ce monde. La prise de contrôle de Birch Hill Equity Partners devrait contribuer à lui redonner du coffre et du lustre grâce à des investissements annoncés de 40 M$ d’ici cinq ans dans la région où elle semble vouloir conserver son centre décisionnel en s’appuyant sur les ressources et l’expertise en place.De ça aussi, nous allons en prendre bonne note.

image