4 avril 2013
Bacchus, une deuxième édition de haut niveau!
Par: Hélène Dion
À l’ITHQ, en compagnie de Jacques Orhon, lors du lancement du livre Les vins du Nouveau-Monde – Amérique du Nord auquel j’ai collaboré à l’écriture.

À l’ITHQ, en compagnie de Jacques Orhon, lors du lancement du livre Les vins du Nouveau-Monde – Amérique du Nord auquel j’ai collaboré à l’écriture.

La deuxième édition de l’Encan des Grands Vins de Bacchus est de retour! L’activité qui avait attiré les passionnés en vins l’an dernier revient en force avec une sélection de vins originale mis à l’encan, combinant de grands classiques à des découvertes exceptionnelles. Cette soirée sera rehaussée par la présence de Jacques Orhon, maître sommelier et ami.

Cette activité me tient particulièrement à coeur puisqu’il vise à amasser des fonds pour le service de pédiatrie, de pédopsychiatrie et d’obstétrique de l’Hôpital Honoré-Mercier. Donner pour les jeunes, à travers ma passion qu’est le vin, c’est satisfaisant!

Parmi les 50 lots mis à l’encan, les amateurs de vins retrouveront de grands noms français, notamment un Clos des Lambrays, un Clos de Tart, un Château Mouton-Rothschild ou encore un Château Cheval Blanc. Mais ils auront également la chance de miser sur des lots exceptionnels, que le passionné en vin François Fontaine, a savamment repérés. Parmi ceux-ci, le Château Valandraud, qui constitue le premier « vin de garage » à avoir vu le jour au tournant des années 90. Issus de microparcelles, souvent élaborés avec de petits moyens, dans des quantités minimes qui pourraient tenir dans un garage, et avec une facture exceptionnelle, les « vins de garage » sont le fruit d’un travail attentionné de la vigne jusqu’au verre. C’est donc Jean-Luc Thunevin, avec sa femme Murielle Andraud, qui a popularisé ce mode de production au moment où il n’était propriétaire que de 0,6 hectare de vignes à Saint-Émilion. Son Château Valandraud est aujourd’hui l’un des crus les plus recherchés, d’autant plus qu’il fait partie du nouveau classement de Saint-Émilion de 2012. Qui mettra la main sur le Riesling Auslese d’Egon Müller? Les vins du domaine allemand sont parmi les plus réputés au monde. Les Riesling de la catégorie Auslese sont élaborés à partir de raisins vendangés en surmaturité. Le vin mis à l’encan le soir du 16 avril fait partie de la plus haute classification, car il provient d’un Einzellage (single vineyard), équivalent à un premier ou grand cru en France. « Avec les plus grands vins de la planète, il faut savoir rester simple et respectueux, comme on le ferait face à de vrais grands personnages de ce monde, qui savent, eux aussi, rester simples. Mais simple ne veut pas dire ordinaire. Un grand vin doit être servi comme il se doit : avec délicatesse, à la bonne température, dans un verre fin et en compagnie d’une cuisine raffinée, mais pas compliquée. Ça, c’est le respect! », précise Jacques Orhon. Après plus de 35 ans de voyage dans les vignobles du monde entier, il conserve des souvenirs inoubliables et sait les partager aux passionnés. En lui mentionnant le Château d’Yquem mis à l’encan, il se rappelle quelques moments inoubliables. « Je garde trois beaux souvenirs d’Yquem. La première fois, je suis rentré par la grande porte puisque nous avions, avec mes amis sommeliers, un repas au château : la classe! C’est-à-dire la plus grande qualité dans le verre et dans l’assiette, mais avec beaucoup de simplicité, et dans l’accueil et dans le service. La seconde fois, c’était lors d’une soirée pendant Vinexpo. Pendant que tous les invités prenaient salon, nous étions un petit groupe à jouer aux cocotes (les pommes du grand pin du domaine) – à la pétanque, avec du Yquem et du champagne Krug. Enfin, il y a deux ans, pour un tournage télé avec mon fils Jean-Nicolas qui réalisait l’émission, et que j’ai roulé à vélo dans la grande cour du château. » Jacques Orhon partagera anecdotes, souvenirs et connaissances lors de la soirée qui aura lieu au restaurant l’Espiègle. « Je suis absolument ravi d’être à Saint-Hyacinthe ce mardi 16 avril, pour le plaisir de partager avec les amateurs de vins de la région. Ton invitation à participer à ce bel événement a tout de suite suscité mon intérêt, et j’anticipe déjà avec beaucoup d’enthousiasme le bonheur d’échanger avec chacun sur les lots qui seront présentés, ainsi que sur les accords Vins & Mises en bouche que vous avez préparés », m’a-t-il confié. Les acheteurs réunis pourront se délecter des bouchées conçues par Richard Marquis. Le talent du chef maskoutain sera de nouveau à l’honneur avec les vins qui accompagneront ces mets, des exclusivités en importation privée.

Notre sommelière sur le podium!

Le 14 e concours du Meilleur sommelier du monde s’est terminé le 29 mars. Cette compétition de haut calibre a fait s’affronter 54 candidats, à Tokyo.

Notre candidate, Véronique Rivest, après une série de performances dignes d’une athlète olympique, a monté sur le podium et a raflé la deuxième place. Durant ces trois jours de compétition, les candidats ont dû relever plusieurs défis, pratiques et techniques. Avec ce titre en poche, Véronique Rivest, sommelière émérite, fait briller la sommellerie québécoise et canadienne à travers le monde.

image