31 mars 2016
Chemin du 2e Rang
Beaucoup de gravier à ramasser
Par: Benoit Lapierre
Beaucoup de gravier à ramasser

Beaucoup de gravier à ramasser

Comme ses voisins, Ghislain Gauthier, un ­résident du 2e Rang, a découvert ce printemps que son terrain avait été criblé de gravier par le chasse-neige au début de l’hiver. La Ville procédera au nettoyage chez ceux qui en feront la demande. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Comme ses voisins, Ghislain Gauthier, un ­résident du 2e Rang, a découvert ce printemps que son terrain avait été criblé de gravier par le chasse-neige au début de l’hiver. La Ville procédera au nettoyage chez ceux qui en feront la demande. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La neige tassée en bordure de la route durant l’hiver cachait une mauvaise ­surprise aux résidents du chemin du 2

Publicité
Activer le son

Sa fonte rapide a révélé la présence d’une quantité importante de gravier sur les ­lisières de terrain bordant ce chemin ­asphalté, une situation fâcheuse que les résidents n’acceptent pas tous de bon gré.

C’est le cas de Ghislain Gauthier, le ­citoyen qui a alerté le journal. « Moi, j’en ai eu beaucoup, mais à certains endroits, c’est encore pire. À la ferme de Léo Morissette, il doit y avoir la moitié d’un voyage de 10 roues de répandue dans le fossé d’égouttement et sur le terrain », ­déplore-t-il.

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, se trouve lui-même parmi les ­victimes de cette pluie accidentelle de pierres, puisqu’il possède trois propriétés dans le 2e Rang, dont sa ferme. « Je me ­demande si je n’en ai pas un plein voyage à ramasser », a-t-il confirmé, lorsque joint à la mairie.

Il a expliqué que cette pierre concassée avait été épandue par la voirie municipale l’automne dernier pour rehausser les ­accotements et prévenir le fendillement de la chaussée. Mais à ­l’arrivée des ­premières neiges, le sol n’était pas encore gelé et le gravier ­fraichement posé, même s’il avait été compacté, n’a pu rester en place au passage du chasse-neige. ­Résultat, une bonne partie de la pierraille a été ­propulsée vers les propriétés.

« Je n’ai appelé personne pour faire ­enlever ça, je vais m’en occuper ­moi-même. Du gravier, on en reçoit ­toujours, mais on en a eu plus cette année parce qu’il avait été posé tard à l’automne, et on a eu ensuite plusieurs dégels », d’ajouter M. Corbeil.

En tant que maire, il n’a pas l’intention d’adresser des reproches à qui que ce soit pour les dégâts survenus dans le 2e Rang. « On nous demande de bien entretenir les chemins, c’est ce qu’on fait, et il peut toujours survenir un problème comme ­celui-là. »

Mais dans le 2e Rang, tous ne voient pas la situation sous le même angle que le maire de la ville. « On est tous rendus à un certain âge, on se voit mal ramasser tout ça à la pelle et à la brouette. Ce n’est pas à nous de payer pour les erreurs de la Ville », plaide Ghislain Gauthier.

Il a eu le réflexe d’appeler son conseiller municipal, Donald Côté, qui l’a seulement invité à se présenter devant le conseil municipal pour exposer la situation aux élus de vive voix. « Il m’a dit aussi que je pouvais prendre la pierre et la mettre dans des trous. Mais quels trous? », a-t-il lancé en ­regardant son terrain criblé de petites pierres sur une bonne largeur.

Interrogé par LE COURRIER, le conseiller Côté a laissé entendre qu’en pareilles ­circonstances, il n’y a rien d’autre à faire que de procéder soi-même au nettoyage, même si en principe, la responsabilité ­repose sur l’entrepreneur ou la Ville. « J’arrive de Saint-Thomas-d’Aquin et le même phénomène s’est produit le long de Laframboise, à partir de Sansoucy, là où il y a eu les travaux (prolongement d’égout). Ce n’est pas la première fois que ça arrive et la Ville ne peut pas compenser : il faut prendre son râteau et ramasser. Tout ce qu’on peut faire, c’est d’être compatissant », a-t-il conclu, lorsque LE COURRIER l’a ­interpellé sur la question il y a quelques jours.

Mais en début de semaine, la directrice du Service des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe, Brigitte Massé, a fait ­savoir que la Ville allait procéder au ­nettoyage chez les propriétaires qui lui adresseront une demande à ce sujet. Elle a précisé que les Travaux publics n’allaient intervenir qu’à partir du mois de mai, lorsque le sol sera plus sec et ferme.

image