14 février 2013
Benoit XVI, le pragmatique
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

La nouvelle aura eu un effet de choc pour plusieurs. En effet, on peut parier qu’une bonne majorité des Québécois auraient répondu non à la question, un pape peut-il démissionner?

Il faut dire que le Nouveau Monde, cette terre où nous vivons, demeurait un inconnu pour les Européens, la dernière fois qu’une telle situation s’est présentée. Le pape Grégoire XII le fit en 1415, mais sous la pression du milieu. Tout sera dit au sujet de ce Mgr Joseph Ratzinger, devenu en 2005 le premier pontife d’origine allemande depuis Victor II en 1057. Il ne m’appartient pas de faire l’analyse et la critique de son oeuvre. Je n’ai pas la connaissance nécessaire à faire ce procès. Plusieurs s’y risqueront pourtant avec au plus le même niveau de compétence que moi. Ils le feront en unique relation avec le ou les points de désaccord qu’ils auront eus avec les positions de Benoit XVI. D’autres pourraient aussi faire de même en regard des opinions communes qu’ils ont partagées avec ce chef de l’Église catholique.Je suis un membre pratiquant de cette Église, qui demeure pour moi un moyen terrestre d’entrer en communication avec Dieu ou comme plusieurs préfèrent le nommer, l’Être Suprême. Je suis tout à fait conscient que cette religion chrétienne n’est pas un absolu sans reproche, en raison d’abord et avant tout de sa pauvre condition terrestre. Le catholicisme est une organisation qui existe par et pour les humains. Elle est née de l’inspiration laissée par un dénommé Jésus de Nazareth, il y a plus de 2000 ans et dont la foi nous fait espérer qu’elle fut vraiment fruit de l’Esprit de Dieu. C’est pourquoi je vois en tout pape, le dirigeant de mon Église, à qui je dois respect et ouverture. J’espère du même coup que la confiance que je mets en lui ne sera jamais démolie par des actes répréhensibles et opposés à mes valeurs. Je sais bien qu’il n’est qu’un simple mortel comme chacun de nous. Je reconnais par ailleurs que Sa Sainteté n’a pas à exercer ses fonctions comme s’il était un clone de ma propre pensée. Autrement dit, le pape peut différer d’opinions avec moi et édicter des décisions avec lesquelles je ne suis pas en partie ou totalement d’accord.Pourquoi je lui laisse ce pouvoir? Primo, parce que rien ne prouve que c’est moi qui ai toujours raison. Avec un effluve d’humilité, je dois reconnaître que ma vision des choses est construite bien souvent à partir d’un environnement limité, du moins comparé à celle du Souverain Pontife. Elle peut être aussi bien reliée à ma seule petite personne…Qu’aura été Benoit XVI pour moi? Le cardinal Ratzinger aura été celui qui a eu la tâche odieuse de remplacer un monstre sacré qui s’appelait Jean-Paul II. Ce pape a démontré beaucoup de prudence et de pragmatisme, sachant très bien qu’il ne pouvait accéder à toutes nos requêtes. Ce qu’il y en a de ces changements au sein de notre Église que nous aimerions voir se faire illico.Il est vrai que plusieurs de ces nouveautés nous donneraient l’impression, du moins à court terme, que le catholicisme évolue. Mais à plus long terme, notre cheminement vers Dieu en serait-il favorisé d’autant? Pas certain. Peut-être est-ce à cela que réfléchissait Benoit XVI, avant de dire oui à nos multiples demandes? Bonne retraite, Cardinal Ratzinger!

Jacques P. MorinSaint-Hyacinthe

image