27 septembre 2012
Bernard mon amour
Par: Martin Bourassa

Sans flafla, permets-moi de préciser certains détails pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés entre nous. Sache d’abord que la frustration ou la colère ne m’ont jamais habité. Et je n’ai jamais prétendu détenir la vérité sur quoi que ce soit.

publicité

Sans flafla, permets-moi de préciser certains détails pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés entre nous. Sache d’abord que la frustration ou la colère ne m’ont jamais habité. Et je n’ai jamais prétendu détenir la vérité sur quoi que ce soit.

À titre d’éditorialiste, on me paie pour donner mon opinion. On parle d’opinions bien davantage que de vérités absolues. Sache que je n’ai pas la prétention de penser que mon opinion est meilleure que la tienne… ou celle de ton épouse!Mon opinion a bien entendu un poids particulier, en regard de la tribune qui m’est offerte. Ce poids est accentué par le fait que peu de gens osent dire publiquement ce qu’ils pensent à Saint-Hyacinthe. Pour ma part, je m’exprime toujours librement. Loin de moi les calculs politiques liés à une réélection. Je suis en tout temps sur un siège éjectable, pas une fois tous les quatre ans. Mais je ne me plains pas, c’est le métier que j’ai choisi il y a 20 ans. Cela dit, j’ai toujours eu du mal à comprendre cet intérêt pour la Métairie, alors que les Soeurs elles-mêmes ont souhaité la démolition du couvent qui a une valeur patrimoniale restreinte, malgré son âge vénérable. Je crois être dans l’intérêt général de s’interroger sur le coût associé à cette transformation. Puisque tu parles de l’urgence de reloger les organismes logeant au centre culturel, en citant le besoin patent de l’haltérophilie, ne trouves-tu pas ironique de me donner en exemple un organisme qui justement ne sera pas relogé à la Métairie? Mon opinion? Je pense que le service des Loisirs cherche à sauver la face, la tienne en particulier, en invitant tous les groupes communautaires intéressés à s’y installer afin de faire avaler une transformation que l’on avait sous-estimée, voire forcément moins utile si l’on exclut l’idée d’y déménager le judo, la boxe et l’haltérophilie.Pour le reste, je te rassure, Bernard, j’ai les mains aussi propres que les oreilles. Mais je rêve au jour où tu considèreras que tu dois oeuvrer dans l’intérêt de tous les Maskoutains et non seulement dans l’intérêt des électeurs de La Providence.C’est cette pensée globale qui devrait t’animer dans le dossier du boulevard Casavant.En terminant, sache que je t’aime bien moi aussi. Même beaucoup.Et continue de m’écrire surtout, j’aime ça!

M.B.

image