10 décembre 2020
Gouvernance économique
Bibitte en mutation
Par: Martin Bourassa

Entreriez-vous en guerre contre un ennemi redoutable avec deux bataillons qui se chamaillent entre eux et sans véritable général pour les diriger? C’est pourtant exactement ce que nous avons fait chez nous, au niveau économique, en temps de pandémie.

Publicité
Activer le son

Bien avant que la COVID-19 ne frappe, la Ville et la MRC s’étaient donné le mandat de réformer le modèle de gouvernance économique en place dans la région où cohabitaient tant bien que mal Saint-Hyacinthe Technopole et Développement économique des Maskoutains (DEM), le bras économique de la MRC qui a repris le flambeau du Centre local de développement (CLD) lors de sa disparition en 2015. Le premier groupe devait veiller au développement et aux intérêts économiques de la Ville de Saint-Hyacinthe, alors que le second avait une mission économique plus régionale. Mais tout ne se tranche pas au couteau aussi simplement. Des dédoublements, des conflits et des frustrations sont rapidement apparus. Au point où l’on a décidé en 2018 de mandater une firme externe, Espace Stratégies, pour vérifier si cette espèce de bibitte à deux têtes était efficace.

Le rapport confidentiel dont nous avions diffusé des extraits en février 2019 ne laissait guère d’autre option qu’un regroupement de tout ce beau monde, auquel on greffait même Forum-2020. Il est bon d’en rappeler quelques extraits :

« La compétition ville-centre et territoire maskoutain entretenue par les deux organismes est nuisible pour le développement des collectivités. […] Le dédoublement d’activités nuit à la crédibilité des deux organisations et des instances qui les gouvernent. […] L’offre de service redondante entraîne de la confusion pour la clientèle. »

Depuis ce jour, tout le monde savait que cette bibitte vivait sur du temps emprunté. Mais personne n’aurait pu penser que ce temps serait si long entre le diagnostic et le remède.

Car sur le terrain, rien n’a vraiment changé depuis octobre 2018, moment où la firme a remis son rapport aux élus. On s’est toutefois débarrassé du directeur général de DEM au printemps 2019 sans jamais pourvoir ce poste, ce qui en dit long sur son importance.

Se sachant en fin de vie utile dans l’attente d’un regroupement stratégique, la bibitte à deux têtes a continué de vivre et de fonctionner en silo. Ce qu’elle faisait encore en mars dernier quand la pandémie a frappé et ce qu’elle fait toujours au plus fort de la seconde vague.

Ces dernières semaines, nous avons été témoins des chauvauchements entre les intervenants économiques mis en lumière par les experts d’Espace Stratégies. L’exemple du franchisé du restaurant Allô mon coco est éloquent. Notre journaliste Jean-Luc Lorry a dû jouer malgré lui le rôle d’intermédiaire entre les intervenants des deux organismes qui se relançaient la balle entre eux et le restaurateur. Un épisode digne de la Maison de fous des 12 travaux d’Astérix!

On nous promet maintenant que nous connaîtrons les détails du nouveau modèle de gouvernance au cours des prochains jours, pour une mise en application au début de 2021. Sauf que si le problème était aussi sérieux que celui soulevé en octobre 2018, il aurait dû être réglé bien avant que la pandémie ne frappe. Quelqu’un s’est traîné les pieds.

Tellement qu’il est permis de se demander si le gouvernement du Québec ne vient pas de tuer dans l’œuf le modèle de gouvernance en annonçant son intention de créer des CLD 2.0 dans le but d’uniformiser les services aux entreprises à travers la province.

Selon ce modèle de guichet unique baptisé Accès entreprise Québec, les MRC recevront 90 M$ sur cinq ans pour l’ajout de ressources et devront se doter d’un comité consultatif afin d’orienter le développement économique de la région. Bref, Québec renforce le rôle économique des MRC, alors que le modèle maskoutain en devenir laisse présager une diminution du rôle de la MRC et du conseil des maires dans le développement économique de la région. Si la MRC en vient à déléguer ces responsabilités à un nouvel organisme, il est à souhaiter que la gouvernance et la reddition de comptes soient meilleures que dans le temps de l’ancien CLD. Les nostalgiques du bon vieux temps sont invités à lire les histoires d’horreur contenues dans le rapport du Vérificateur général du Québec de l’hiver 2015 sur les CLD. Ou encore à relire une enquête du COURRIER sur notre ancien CLD.

image