6 août 2015
Escouade Ô Soleil
Bien se protéger du soleil
Par: Sarah Daoust Braun
Sarah Vermeersch, qui s’occupe de l’Escouade Ô Soleil pour la région Richelieu/Yamaska, ­visitera 33 camps de jour cet été pour sensibiliser les jeunes aux effets néfastes de l’exposition au soleil.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Sarah Vermeersch, qui s’occupe de l’Escouade Ô Soleil pour la région Richelieu/Yamaska, ­visitera 33 camps de jour cet été pour sensibiliser les jeunes aux effets néfastes de l’exposition au soleil. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’Escouade Ô Soleil est de retour cet été dans les camps de jour de la région de Saint-Hyacinthe. Mis sur pied par la ­Société canadienne du cancer (SCC), le projet vise à sensibiliser les enfants à bien se protéger du soleil.

Publicité
Activer le son

Des ateliers de 30 à 45 minutes sont ­offerts à des jeunes de 6 à 12 ans, par groupe de 30. « Je commence par une ­introduction sur les effets du soleil, on parle du bronzage, du soleil, des taches qu’on peut avoir sur la peau, les effets que cela a sur la santé. Ensuite, on essaie de trouver ensemble des façons pour se ­protéger du soleil. Dans l’Escouade, on a le trio de superhéros CHO, pour crème solaire, habillement et ombre », explique Sarah Vermeersch, animatrice pour ­l’Escouade Ô Soleil dans la région de ­Richelieu/Yamaska.

Cet été, elle visitera 33 camps de jour, ce qui représente près de 4000 enfants. Le projet s’étend d’ailleurs à l’ensemble du Québec. En tout, une douzaine de jeunes femmes sillonnent cette année les routes de la province pour offrir des ateliers dans les camps, mais aussi des stands d’animation dans les grands événements et des formations aux moniteurs.

« On peut penser que c’est le coup de soleil, mais c’est vraiment le bronzage, le fait que la peau va changer de couleur, qui est la première cause du cancer de la peau. Souvent, les moniteurs ne se ­protègent pas parce qu’ils trouvent ça beau avoir un teint bronzé, les sauveteurs aussi. On leur donne donc des formations pour les protéger, et pour leur rôle de ­modèle qu’ils ont par rapport aux ­enfants. S’ils ne se protègent pas, les ­enfants ne voudront pas se protéger », ­signale-t-elle.

Prévenir le cancer

Avec ce projet, la SCC espère que les cas de cancer de la peau diminueront dans le futur.

Ce type de cancer est la forme la plus ­répandue de cancer au Québec. Selon la SCC, plus de 30 000 cas seront ­diagnostiqués cette année. « Il y a quatre cas sur cinq qui sont évitables. Il y a des cas génétiques, mais le reste est dû à ­l’exposition au soleil, remarque l’animatrice. On essaie de faire réaliser aux ­enfants qu’il peut y avoir des dommages. On présente des photos de peau abîmée à cause des rayons UV. On tente de montrer qu’à long terme, il y a vraiment un ­impact. »

Pour plus d’informations ou pour recevoir la visite de Sarah Vermeersch dans un camp de jour, on peut lui écrire au svermeersch@quebec.cancer.ca ou la contacter au 1 877 222-1665 jusqu’au 14 août. Après cette date, on peut appeler au 1 888 939-3333.

image