22 octobre 2020
Bilan d’une première année de mandat inhabituelle pour Simon-Pierre Savard-Tremblay
Par: Le Courrier

Le député de Saint-Hyacinthe-Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay. Photo gracieuseté

Le 21 octobre marque le premier anniversaire de l’élection fédérale qui a vu le Bloc québécois revenir en force avec l’élection de 32 de ses candidates et candidats. Parmi eux, Simon-Pierre Savard-Tremblay a fait son entrée au Parlement en tant que député de Saint-Hyacinthe-Bagot.

Publicité
Activer le son

Constamment présent auprès des résidentes et résidents, notamment lors des violentes tempêtes de vent ayant sévi au lendemain de son élection, M. Savard-Tremblay s’est également démarqué par son écoute auprès des entrepreneuses et entrepreneurs. « Il était primordial pour moi d’encourager l’achat local, qui garde nos communautés vivantes. C’est avec fierté que j’ai constaté le succès de ma campagne des fêtes 2019 ou celle incitant la population à choisir les produits laitiers québécois, une industrie cruciale chez nous. »

Ébranlé par les difficultés vécues par ses concitoyennes et concitoyens lors de la crise de la COVID-19, l’élu a offert son augmentation salariale aux organismes de la circonscription et a milité pour que les entreprises profitant des paradis fiscaux soient exclues des programmes d’aide en organisant une manifestation en ligne qui a réuni 2700 participants.

Défenseur de la gestion de l’offre et des travailleurs de l’aéronautique

L’étude du nouvel accord de libre-échange nord-américain est un dossier prioritaire dès les premiers mois de son mandat alors qu’il est élu vice-président du Comité permanent du commerce international, où il se fait remarquer par sa défense acharnée de la gestion de l’offre. « Je me suis engagé à me battre pour assurer le maintien intégral de ce système, et c’est ce que j’ai fait, en plus d’exiger que les producteurs laitiers reçoivent enfin toutes les compensations promises, raconte-t-il. Tout au long de l’année, j’ai agi en fonction des intérêts du Québec et de ma circonscription, en défendant les travailleurs de Bombardier et de l’aéronautique et en négociant une protection accrue pour l’aluminium du Québec, qu’Ottawa avait abandonné. »

Ses compétences sont d’ailleurs reconnues par ses collègues une deuxième fois, alors que l’élu, auteur de l’essai Despotisme sans frontières. Les ravages du nouveau libre-échange, s’est vu réélu au poste de vice -président du comité le 14 septembre dernier.

Une crise historique

Dès le début de la pandémie, le député et son équipe se sont mobilisés pour soutenir les citoyennes et citoyens, répondant à plus d’un millier de demandes relatives à la situation sanitaire. « Nous avons débloqué une quarantaine de dossiers liés à la Prestation canadienne d’urgence, appuyé près de cinquante entreprises dans leurs démarches pour obtenir du financement et soutenu plus de quarante citoyennes et citoyens coincés à l’étranger, détaille M. Savard-Tremblay. Nous nous sommes également fait un devoir de vulgariser les informations liées aux programmes, en diffusant des images sur les réseaux sociaux et en publiant un document d’information mis à jour continuellement. »

Des fonds ont également été libérés pour venir en aide aux organismes – les banques alimentaires au premier chef – de la circonscription, et les publicités dans les médias locaux ont été augmentées depuis le début de la crise. Plusieurs milliers de dollars supplémentaires ont ainsi été versés.

Rappelons également les combats menés avec succès par le Bloc québécois pour le programme de subvention salariale et le Compte d’urgence pour les entreprises ainsi que pour l’obtention de soutien financier pour nos aînées et aînés et l’adoption d’une motion visant à bonifier les prestations spéciales de maladie de l’assurance-emploi.

Alors que la deuxième vague frappe, Simon-Pierre Savard-Tremblay est plus que jamais déterminé à défendre les intérêts des Québécoises et Québécois, tout préparant une relance juste et équitable, à la suite d’une vaste consultation publique locale.

image