15 octobre 2015
Bilan et prédictions
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

L‘interminable campagne électorale fédérale tire à sa fin. Nous voilà enfin à l’heure du bilan et des prédictions hasardeuses. Le bilan est pas mal plus simple à faire que de se risquer au jeu de prédire l’issue du scrutin.

Sur la scène nationale, qui donne ­habituellement le ton aux campagnes ­locales, on retiendra surtout de cette ­campagne l’effritement, à défaut de parler d’effondrement, des appuis au parti ­néodémocrate. Tom Mulcair, celui que plusieurs pensaient en bonne voie de ­détrôner Stephen Harper il y a 80 jours, a perdu pied en s’emmêlant dans le niqab qui lui colle encore à la peau. Il est quand même curieux de penser qu’un enjeu ­aussi marginal ait pu avoir une importance aussi capitale.

Au cours du week-end, le chef du NPD martelait qu’une course à trois continuait de faire rage dans l’ensemble du pays. Son problème, c’est que les sondages et les observateurs le voient maintenant bon troisième. Pas certain qu’il pourra inverser la tendance d’ici le 19 octobre, surtout s’il ne fait pas de gains en Ontario et perd des comtés qui lui semblaient pourtant acquis au Québec. Il faut souligner la ­performance du chef libéral Justin ­Trudeau. Ceux qui pensaient que son inexpérience allait causer sa perte doivent se raviser. Il n’a pas commis de grands impairs au cours de cette longue ­campagne. Il semble avoir suivi son plan à la lettre, tant et si bien qu’il incarne ­désormais l’alternative pour ceux qui­ ­souhaitent du changement.

Les troupes conservatrices ont aussi ­raison d’espérer, car Stephen Harper a quand même bien tiré son épingle du jeu en profitant de données favorables sur l’économie canadienne et en bouclant même un accord de libre-échange transpacifique qui n’a pas eu l’effet d’un ­tsunami sur sa campagne. Logiquement, on se couchera tard le 19 au soir, avec un gouvernement minoritaire. Au niveau de Saint-Hyacinthe/Bagot, la candidate du NPD partait avec une longueur d’avance au déclenchement de la campagne, forte des 52 % d’appuis obtenus par son parti en 2011.

Il semble désormais assuré que ce qui se présentait pour elle comme une simple promenade dans le parc n’en sera pas une. L’affaire du niqab a eu des échos ­partout et l’opposition s’est aussi révélée plus aguerrie qu’anticipée. Il faut ­s’attendre à voir le Bloc québécois revenir en force dans le comté, voire possiblement au Québec.

Même le candidat libéral du comté ­devrait faire mieux que le 5,4 % d’appuis obtenus par son prédécesseur en 2011. Assez pour inquiéter la candidate du NPD? Sûrement.

Pour la battre? Ça, c’est une autre ­histoire. Préparez-vous donc à être encore dans l’opposition à votre réveil. La bonne nouvelle, c’est que ceux qui ont assisté au débat organisé par la Chambre de ­commerce locale ou qui l’ont attrapé lors de sa diffusion à Cogeco ont pu constater que nos quatre principaux candidats ont de l’étoffe et la tête de l’emploi. Il n’y a pas de tapons ou d’imposteurs dans le lot. Les électeurs qui nagent encore en pleine ­indécision sont invités à lire le compte-rendu du débat et les dernières entrevues que nous ont accordées ces candidats.

On s’en reparle le 23, promis.

image