16 mai 2019
BMW M850 : la grande luxueuse
Par: Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

Les amateurs de BMW, ou les simples amateurs de belles voitures, connaissent bien la spectaculaire série. Le constructeur allemand a, dans le passé, présenté sous cette appellation des véhicules rien de moins qu’excessifs. La mouture 2019 marque un peu le retour de ces excès, alors que la M850 2019 est nettement plus du côté luxueux de la force, mais ne néglige pas pour autant les performances, bien au contraire.

Construit sur la même formule de base qui a fait de la série 8 d’origine un succès culte (allure magnifique, puissance et dynamisme), et malgré l’absence de V-12 comme c’était le cas auparavant, la nouvelle voiture n’est tout de même pas en reste : elle affiche un V-8 bi-turbo de 4,4 litres qui vous permet de libérer quelque 523 chevaux et 553 lb-pi de couple.

Acheminée via une transmission automatique ZF à 8 vitesses réglée avec précision et un système de transmission intégrale xDrive fortement dirigée vers l’arrière, cette puissance lance la M850 vers l’horizon, atteignant 100 km/h à partir d’un arrêt définitif en seulement 3,6 secondes!

Mais attention, on ne parle pas ici d’une accélération à couper le souffle, comme sur les sportives brutes. Malgré la célérité de l’accélération, la BMW M850 s’élance avec une étonnante aisance et une grande linéarité, gracieuseté d’un châssis qui s’adapte et de suspensions qui absorbent les transferts de poids impromptus. En termes clairs, quand on appuie sur l’accélérateur, la voiture s’élance avec une rare vigueur, mais vous ne perdez pas votre dentier sur le siège arrière. En fait, toute comparaison étant boiteuse par nature, mais elle est la plus proche que j’ai trouvée, cette accélération est plus proche de celle d’une McLaren que d’une super voiture sport.

Au-delà de la puissance, c’est la conduite qui impressionne. La lourde et imposante voiture ne se laisse pas dicter la règle et est capable d’une spectaculaire tenue de route, présentant une direction précise et directe.

Avec la M850, entrez vivement dans un virage, et la voiture se placera d’elle-même (ou presque) et sera capable d’activer ses systèmes de sécurité subtilement, sans devenir trop intrusifs. Le résultat, c’est une tenue de route exceptionnelle et un équilibre dans la voiture spectaculaire. Sans oublier les freins (des disques de 155 mm) qui agissent littéralement comme si vous heurtiez un mur de ciment lorsque vous les enfoncez avec violence.

Voiture de luxe

Au-delà des performances, la BMW M850 est une véritable Grand Touring de luxe. Sa longue silhouette stylée (doublée du bleu acier de mon modèle d’essai) lui confère un charme unique et une sophistication particulière. À l’arrêt, on a la sensation d’une véritable limousine surbaissée, qui attire les regards. Sur la route, sa longue portée lui donne l’allure d’un train grande vitesse qui s’élance à pleine allure.

Le look est typiquement BMW, avec la grille distinctive, les blocs optiques au laser et la partie arrière légèrement relevée, mais l’ensemble est l’un des plus réussis de sa gamme, rien de moins.

L’habitacle laisse aussi place à un style remarquable. Le cuir, tan dans mon cas, est de qualité, les sièges confortables et enveloppants et faciles à régler dans toutes les positions (même si la position de conduite est plutôt basse) et la console centrale, ornée du levier de transmission en cristal transparent, viennent compléter une allure de grande classe.

Le système de son Harman Kardon laisse échapper une sonorité de salle de concert, le grand écran d’affichage et le système multimédia I-drive sont plus faciles à manipuler que jamais (même s’il faut parfois se chercher dans les menus), l’affichage tête haute devant les yeux du conducteur transmet toutes les informations nécessaires et le tableau de bord est simple à lire.

Mais, car il y a un mais, ces qualités ne s’appliquent malheureusement pas aux sièges arrière, plus symboliques que réels, et qui peuvent à peine accueillir de tout petits passagers.

Dernier détail, dont on ne saurait se lasser : la sonorité. Dès que j’appuyais sur le bouton démarrage, le ronronnement du moteur envahissait les environs, surtout en mode sport ou sport +. Un peu nuisible pour les voisins, je l’avoue, mais j’ai adoré en profiter quelques jours durant.

Stylée, avec une tenue de route irréprochable et un confort digne de mention, la grande M850 fait revivre avec beaucoup de gloire et de sophistication une appellation qui a fait la renommée de BMW. Il me faut l’admettre, elle est l’un de mes coups de cœur… bien que son prix d’achat de 125 000 $ de base soit un peu loin de mon budget!

image