22 juillet 2021
Décès d’Yvon Letarte
Bonbon a joué son dernier tour
Par: Maxime Prévost Durand

Pendant plusieurs années, Yvon Letarte s’est fait connaître des tout-petits en tant que Bonbon d’Amour-le-joueur-de-tours, un personnage jeunesse joué aux côtés de sa conjointe Julie Royer, alias Gribouille Bouille. Photo Yves Junior Brousseau

« Dès qu’Yvon mettait un pied sur les planches, on ne voyait plus que lui. Le public l’adorait », s’est remémoré sa complice des 28 dernières années, Julie Royer. Photo Yves Junior Brousseau

Bonbon d’Amour-le-joueur-de-tours, le fidèle acolyte de Gribouille Bouille, est parti pour un autre monde. Yvon Letarte, qui a campé le rôle de ce coloré personnage pour enfants aux côtés de sa conjointe, Julie Royer, est décédé le 12 juillet, affaibli par un combat contre le cancer mené l’an dernier.

Publicité
Activer le son

Opéré d’urgence pour un cancer du pancréas en avril 2020, le Maskoutain de 61 ans avait dû subir des traitements de chimiothérapie. Sa condition s’était stabilisée depuis, mais cette épreuve l’avait grandement fragilisé et il était devenu immunosupprimé.

« [Yvon] a bravement traversé cette terrible épreuve, a raconté Julie Royer dans un généreux échange avec LE COURRIER dans les jours qui ont suivi le départ de son partenaire de vie. Se sachant condamné, il affirmait que la dernière année avait été la plus belle de sa vie. Je suis privilégiée d’avoir pu partager ces instants avec lui. Il est d’ailleurs parti paisiblement, dignement, dans la sérénité, entouré des siens. »

Bien que le contexte de pandémie a amené un stress supplémentaire dans la dernière année, de crainte qu’il ne contracte la COVID-19, cette période a permis à l’auteure jeunesse de prendre du temps pour se retrouver avec son être cher pendant que toutes les activités en présentiel étaient annulées. Elle a pu être à ses côtés jusqu’à la fin.

« Yvon était un être exemplaire. Durant ses derniers jours, il a répété qu’il nous fallait vivre dans l’amour et la joie. Pour garder vivante la mémoire de cet être exemplaire, je vais donc m’efforcer de cultiver la vie, de chercher la lumière. Et continuer à créer. »

Unis par la musique

Dès leur première rencontre, par une soirée de spectacle des Beaux mardis de Casimir, en 1993, Yvon Letarte et Julie Royer ont été unis par la musique. Cette passion commune leur a permis de travailler ensemble pour les projets jeunesse qu’ils ont partagés et qui ont fait naître le sympathique personnage de Bonbon.

« Quand j’ai rencontré Yvon, j’avais déjà commencé à faire de l’animation [pour enfants]. J’aimais beaucoup sa voix, son rire, son enthousiasme, sa gentillesse, ses talents de musicien et de chanteur, ses habiletés avec le public, son humour et son audace. Je lui ai donc proposé de se joindre à moi, s’est remémoré Mme Royer. Parce qu’il m’inspirait la douceur et la joie, je lui ai dit : il me semble que le nom de Bonbon t’irait parfaitement. Yvon a naturellement accepté. […] On a eu tellement de plaisir! On parlait de nos projets jour et nuit. On a eu une vie amoureuse et professionnelle merveilleuse. »

Ensemble, ils ont porté des projets qui les ont amenés tant sur scène qu’à la télévision communautaire de NousTV (anciennement Cogeco). Le duo a d’ailleurs remporté des trophées pour la meilleure émission jeunesse du réseau Cogeco en 2014 et 2015. « Il m’encourageait toujours à aller plus loin », a poursuivi Julie Royer, en se disant honorée d’avoir pu « former une équipe avec ce grand artiste pendant 28 ans ».

Le charisme indéniable d’Yvon Letarte a fait en sorte que les enfants s’attachaient instantanément à son personnage de Bonbon. « Je présentais toutes mes idées à Yvon, qui acquiesçait, m’encourageait à développer mes idées et semblait s’engager dans la voie que je lui proposais. Toutefois, bien souvent, au moment de monter sur scène, Yvon chamboulait tous mes plans! Il sortait son sac péteur, racontait des blagues, faisait apparaître des objets qui faisaient rire les enfants. En d’autres termes, il me volait la vedette! Cher Bonbon… Il avait un charisme étonnant. Dès qu’il mettait un pied sur les planches, on ne voyait plus que lui. Le public l’adorait. »

En plus de participer à ces projets jeunesse, Yvon Letarte travaillait jusqu’à l’an dernier pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, plus particulièrement à l’Hôpital Honoré-Mercier, au sein de l’équipe d’hygiène et salubrité.

« Yvon était optimiste et toujours de bonne humeur, a témoigné Julie Royer. Il avait le don de se faire des amis partout où il allait. Il se souciait du bien-être des autres. Aimant rendre service, il avait toujours un mot gentil, une formule d’encouragement. C’était un être lumineux. Un travailleur infatigable aussi, animé par une force immense et une grande détermination. »

Un dernier hommage lui sera rendu le 14 août à l’église de la municipalité de Sainte-Madeleine. La famille recevra les condoléances à 12 h 30 et ses funérailles suivront à 14 h.

image