28 mars 2013
Accident de travail mortel
Bonduelle pointée du doigt par la CSST
Par: Jean-Luc Lorry

L’enquête menée par la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) à la suite d’un accident mortel survenu en octobre 2011 à l’usine Bonduelle de Saint-Denis-sur-Richelieu conclut à une gestion déficiente de la santé et de la sécurité.

Publicité
Activer le son

En voulant ramasser des boîtes de conserve vides tombées à l’intérieur d’un dépalettiseur (une machine permettant de déplacer des produits stockés sur une palette), un employé avait mis involontairement l’appareil en fonction qui l’avait écrasé mortellement.

Luc Lavigne était âgé de 39 ans lors de la tragédie. Originaire de Saint-Ours, il était employé par l’usine depuis une dizaine d’années.Dans son rapport, la CSST a exigé que l’employeur apporte des correctifs sur le dépalettiseur et applique une procédure de cadenassage de l’appareil. La direction de Bonduelle Canada s’est conformée à ces exigences.Comme la CSST considère que l’employeur « a agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs », il a reçu un constat d’infraction.Pour ce type de faute, le montant de l’amende varie de 15 000 $ à 60 000 $ pour une première offense, et de 30 000 $ à 150 000 $ en cas de récidive.« Le montant exact de l’amende sera connu seulement lorsque l’employeur sera reconnu coupable », indique Héloïse Bernier-Leduc, communicatrice régionale à la CSST.

image