11 octobre 2012
Infrastructures municipales
Bousquet sollicite l’engagement du député Pelletier
Par: Le Courrier
Le conseiller David Bousquet, de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Le conseiller David Bousquet, de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Annulation de la hausse des frais de scolarité, annulation de la taxe santé, engagements envers le réseau des garderies et les soins aux aînés : à travers les priorités du nouveau gouvernement péquiste, le conseiller David Bousquet craint que les municipalités soient les grandes oubliées.

Publicité
Activer le son

Dans une lettre ouverte à la population maskoutaine (publiée en page A11), le conseiller du district Sacré-Coeur sollicite l’engagement du député Émilien Pelletier et du gouvernement nouvellement élu en matière de développement des infrastructures municipales. Il rappelle du même coup de plume que le succès des nombreux projets qui sont actuellement sur les planches à dessin des élus maskoutains dépendra du soutien financier offert par les gouvernements.

« Jusqu’ici, que ce soit pendant la campagne ou après l’élection, je n’ai pas entendu le député ou le Parti québécois énoncer une volonté claire de soutenir le développement des municipalités en matière d’infrastructures. Mais pour la première fois depuis près de dix ans, le député de Saint-Hyacinthe se retrouve au pouvoir. Il aura voix au chapitre », a fait valoir le conseiller, au terme d’une rencontre plénière du conseil municipal à laquelle participait le député Pelletier, mardi soir. David Bousquet, impliqué dans l’organisation du Parti libéral du Québec, ne manque pas de rappeler les contributions du dernier gouvernement dans la région, « et ce, malgré le fait que Saint-Hyacinthe se soit retrouvée sur les banquettes de l’opposition. »« En politique, il existe un balancier entre les investissements en infrastructures et ceux dans les programmes sociaux. Je redoute un mouvement qui serait défavorable aux municipalités. À mon avis, ce serait une grave erreur, considérant les efforts dans lesquels nous nous sommes engagés partout dans la province pour mettre à jour les infrastructures et diminuer les déficits d’entretien. »Le conseiller apostrophe ainsi le député dans le contexte, bien sûr, de l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, mais aussi à quelques jours de la période de consultation visant à sceller le sort de la traversée de la voie ferrée dans le prolongement du boulevard Casavant. « Jusqu’ici, la Ville n’a pas obtenu de réponse politique au niveau provincial. Tout ce qu’on nous a dit, sous l’ancien gouvernement, c’était qu’il n’y avait pas de programme auquel notre projet de tunnel pouvait souscrire. C’est une réponse de fonctionnaire. Ça m’a mis en colère. Pour obtenir une subvention pour le tunnel, ce n’est pas un programme qu’il nous faut, mais une volonté politique. »Le conseiller souhaite ainsi laisser la chance au député Pelletier de faire les démarches nécessaires auprès de son gouvernement. « Si le député veut s’impliquer, on ne peut pas dire « non, il est trop tard ». Il vient tout juste d’être élu. On doit lui laisser le temps d’aller chercher la réponse. Et si la réponse est non, au moins, on le saura. Présentement, on est dans le doute », affirme M. Bousquet.« Et pour ça, il faut d’abord connaître la volonté du député, poursuit-il. Après notre rencontre avec lui mardi soir, je ne peux pas dire que j’ai obtenu une réponse claire à ce sujet. Si M. Pelletier décide de mettre le développement municipal à son agenda, je serai le premier à encourager ses initiatives. C’est aussi ça, à mon avis, le rôle des élus : rassembler les acteurs du milieu et la population autour de projets mobilisateurs pour montrer une communauté unie, capable de grandes choses. »

image