16 janvier 2020
Bruno Gervais et Maxime Talbot : éternels Gaulois
Par: Maxime Prévost Durand

Les numéros 43 et 12 qu’ont portés Maxime Talbot et Bruno Gervais avec les Gaulois sont maintenant immortalisés dans les hauteurs du Stade L.-P.-Gaucher. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Maxime Talbot et Bruno Gervais étaient accompagnés de leur fils respectif, Jackson et Gabriel, pour sauter sur la patinoire. Ceux-ci ont porté le drapeau des Gaulois tout au long de la cérémonie. Photos François Larivière | Le Courrier ©

L’attaquant des Gaulois William Cantin, qui portait jusqu’ici le numéro 12 cette saison, est allé offrir son chandail à Bruno Gervais tout juste après que la bannière l’immortalisant dans les hauteurs du Stade L.-P.-Gaucher ait été levée. Cantin a du même coup dévoilé qu’il portera dorénavant le numéro 17. Photos François Larivière | Le Courrier ©

Avant de quitter la glace, Talbot et Gervais y sont allés d’encouragements auprès des joueurs des Gaulois. Photos François Larivière | Le Courrier ©

Pas moins de 26 anciens joueurs des Gaulois, qui ont évolué avec Maxime Talbot et Bruno Gervais, sont venus les rejoindre sur la patinoire durant la cérémonie. Photos François Larivière | Le Courrier ©

Les deux vedettes de la soirée en compagnie du président des Gaulois, Jean Bédard. Photos François Larivière | Le Courrier ©

Le passage de Bruno Gervais et Maxime Talbot dans l’organisation des Gaulois de Saint-Hyacinthe est maintenant immortalisé. Devant plus de 1200 spectateurs, les deux ex-hockeyeurs ont été honorés, vendredi dernier, alors que les chandails #12 et #43 qu’ils ont portés avec la formation midget AAA ont été retirés au Stade L.-P.-Gaucher.

Publicité
Activer le son

« Bruno Gervais, Maxime Talbot : bienvenue dans l’histoire », a lancé Rodger Brulotte, présent pour animer la cérémonie, au moment où leurs chandails ont été élevés dans les hauteurs de l’aréna. Ils devenaient les premiers joueurs des Gaulois à recevoir un tel honneur.

« C’est très spécial, a confié Maxime Talbot au COURRIER, après la cérémonie. J’avais eu l’occasion de le vivre en 2012 avec les Olympiques de Gatineau lorsqu’ils avaient retiré mon gilet, mais on dirait que cette fois, c’est encore plus spécial parce que je suis maintenant retraité et que c’est plus près de la maison. De le vivre avec Bruno, c’est aussi spécial. Ça fait 25 ans que je le connais. D’être avec mon meilleur chum dans les hauteurs de L.-P.-Gaucher, c’est très spécial. »

« D’être les deux premiers de l’histoire, c’est quelque chose de particulier », a ajouté Bruno Gervais, reconnaissant de recevoir un tel hommage en compagnie de son grand ami et de voir qu’autant de gens se soient déplacés pour l’occasion. « C’est le fun de voir une foule aussi nombreuse. Ça me rappelle un match qu’on avait joué ici [durant mon passage avec les Gaulois], a-t-il poursuivi, en replongeant dans ses souvenirs. C’était un match numéro 7 en séries contre Magog. C’est la fois où j’ai vu L.-P.-Gaucher le plus plein. […] On perdait 3-0 dans cette série-là et on était revenus 3-3 pour avoir un match ultime à Saint-Hyacinthe. Il y avait une frénésie à l’école, c’était dans les débuts des Gaulois au Collège Antoine-Girouard. C’est une de mes belles saisons. »

Maxime Talbot a lui aussi conservé plusieurs bons souvenirs de son passage avec les Gaulois. Son plus beau? « Quand j’ai été nommé capitaine, répond-il, le sourire au visage. Ce n’était pas en début de saison, c’était arrivé un peu plus tard dans la saison. À 15 ans, c’est une grande fierté d’avoir le “C” parce que tu es l’un des plus jeunes de l’équipe. Ça m’avait marqué. »

Une fête grandiose

Les Gaulois ont mis le paquet pour cette célébration, tenue tout juste avant un match de l’équipe en marge du Tournoi de hockey pee-wee de Saint-Hyacinthe.

Ils ont notamment réussi à retrouver 26 anciens joueurs qui ont partagé la glace avec Maxime Talbot et Bruno Gervais dans l’uniforme vert et doré lors de leur passage respectif avec l’équipe, soit lors des saisons 1999-2000 et 2000-2001. Mathieu Gravel, Bruno Champagne et François Nadeau, trois joueurs qui ont fait partie de ces deux éditions, ont d’ailleurs été invités à accompagner leurs deux anciens coéquipiers et le président des Gaulois, Jean Bédard, lorsque les bannières ont été hissées.

Entourés chacun de leur femme et de leurs trois enfants, Bruno Gervais et Maxime Talbot ont ensuite reçu un cadre honorifique avec leur chandail des Gaulois. Ceux-ci leur ont été remis par d’anciens membres de l’organisation, notamment le gouverneur de l’époque, Yves Chabot, et l’ex-directeur général du Collège Antoine-Girouard, Roger Gauvin. Le président actuel de la Ligue midget AAA du Québec, Yanick Lévesque, était aussi présent.

L’organisation du Tournoi pee-wee de Saint-Hyacinthe a profité de l’occasion pour remettre une plaque commémorative aux deux joueurs afin de souligner leur carrière. Rappelons qu’ils avaient remporté ensemble les grands honneurs du tournoi avec le Laser du Richelieu dans la classe AA en 1998.

Maxime Talbot et Bruno Gervais se sont ensuite adressés à la foule chacun leur tour. Maxime a notamment salué ses anciens coéquipiers – « nos chandails ne seraient pas là sans vous » – et la famille de pension qui l’avait accueilli durant sa saison avec les Gaulois, Lyne et Marius, qui étaient présents pour la cérémonie. Bruno a de son côté remercié, entre autres, ses parents, qui lui ont « permis de choisir [s]on propre chemin », et tout le personnel du Collège Antoine-Girouard, dont l’établissement a été associé aux Gaulois jusqu’à sa fermeture en 2013. « C’est un passage tellement important pour un jeune, le secondaire. Ce n’est pas juste le joueur de hockey qui se développait, c’est la personne. »

Généreux comme ils le sont, ils ont passé la soirée à signer des autographes et à prendre des photos dans l’aréna avant d’aller festoyer avec amis et famille.

image