7 novembre 2013
BTC et Hôtel des Seigneurs : une relation de couple qui tire à sa fin
Par: Le Courrier
La fermeture annoncée de l'Hôtel des Seigneurs et du Centre de congrès oblige le Bureau de tourisme et congrès à se remettre en question.

La fermeture annoncée de l'Hôtel des Seigneurs et du Centre de congrès oblige le Bureau de tourisme et congrès à se remettre en question.

La direction du Bureau de tourisme et congrès (BTC) de Saint-Hyacinthe est consciente qu’il est minuit moins une avant la fermeture de l’Hôtel des Seigneurs, l’un des principaux piliers du tourisme d’affaires de la région.

Publicité
Activer le son

Advenant que le complexe hôtelier ferme ses portes, les responsables du BTC sont déterminés à ce que l’organisme ne se fasse pas engloutir en même temps que le tourisme d’affaires de Saint-Hyacinthe.

C’est donc pour cette raison que le conseil d’administration du BTC travaille sur un plan de relance depuis les six derniers mois. L’une des orientations choisies par les administrateurs prône la valorisation du tourisme agroalimentaire et d’agrément.« C’est certain que l’Hôtel des Seigneurs était un partenaire majeur pour nous. Ses activités représentaient 75 % de notre tâche. Mais, si l’Hôtel ferme, nous devrons nous diversifier et offrir un tourisme plus global », explique Steve Deslauriers, président du conseil d’administration du BTC. Selon lui, la tenue de l’Exposition agricole, année après année, prouve qu’il y a de la place à Saint-Hyacinthe pour d’autres formes de tourisme que celui d’affaires. Dans le cas du tourisme agroalimentaire, le président du BTC est conscient que de nombreux efforts seront à fournir avant de voir éclore une telle segmentation, ce qui ne manque pas de le surprendre. « Après tout, ne sommes-nous pas la technopole agroalimentaire du pays? »

Toujours pertinent

Questionné par LE COURRIER sur l’avenir du BTC, le nouveau maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, avait remis en question son mandat ainsi que son emplacement géographique en campagne électorale. L’idée de le regrouper avec d’autres organismes, tels que le CLD, avait même été soulevée par M. Corbeil.

Or, Steve Deslauriers souhaite remettre les pendules à l’heure et n’hésite pas à défendre la pertinence du BTC. « Ce n’est pas vrai qu’on ne fait rien au Bureau. Des employés travaillent d’arrache-pied à courtiser la clientèle. Ils créent des liens d’affaires et font beaucoup de réseautage pour attirer de nouveaux promoteurs et événements à Saint-Hyacinthe. » Il cite, parmi les bons coups du BTC, le nouvel emplacement pour le Salon des métiers d’arts de Saint-Hyacinthe ou encore la tenue du Salon national du quad. « Le BTC et l’Hôtel, c’est un peu comme une relation de couple. Quand ça commence à mal aller pour l’un des partenaires [hôtel], il est normal que l’autre [BTC] se remette en question. Il est vrai que nous devons réfléchir et revoir certaines bases concernant le Bureau, mais il y a tout un processus interne qui se déroule en ce moment », assure M. Deslauriers. Il ajoute que le BTC offre aussi un service adapté à la clientèle maskoutaine. De nombreux citoyens consultent encore l’agente du bureau d’information touristique pour obtenir de l’aide afin de planifier leurs vacances.

image