29 décembre 2011
Gestion des matières résiduelles
Budget de 8 millions $ à la Régie
Par: Le Courrier

Afin d’assurer la gestion des matières résiduelles qui sont recueillies sur le vaste territoire qu’elle dessert, la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains (RIAM) disposera en 2012 d’un budget de 8 083 300 $ constitué à 98 % des quotes-parts de ses 23 municipalités membres.

Ces prévisions budgétaires représentent une augmentation de 3 % par rapport à celles de 2011, qui se chiffraient à 7 728 000 $. Cette hausse des revenus et des dépenses de l’ordre de 237 300 $ s’explique en partie par l’arrivée de la Paroisse de Sainte-Marie-Madeleine dans les rangs de la RIAM, laquelle devient la 17e et dernière municipalité de la MRC Les Maskoutains à y adhérer. Dans la MRC d’Acton, seuls le village de Roxton Falls et le Canton de Roxton ne font toujours pas partie de la Régie.

Le transport et l’élimination des déchets domestiques qui ne sont pas valorisés – ils sont enfouis au site Roland Thibault, de Sainte-Cécile-de-Milton – constituent les opérations les plus coûteuses. La RIAM prévoit leur consacrer 3 562 200 $ l’an prochain, soit 45 % de son budget. Ces déchets représentent en poids environ 52 % de tous les rebuts, contre 25 % pour les résidus organiques et 23 % pour les matières recyclables.La RIAM prévoit que la valorisation des matières organiques – elles sont transportées chez Enviroval, à Portneuf – pourrait coûter 1 424 300 $ en 2012 (17,6 % du budget), tandis qu’un montant de 1 220 100 $ a été réservé à la cueillette et au transport des matières recyclables à Drummondville, chez Récupéraction Centre-du-Québec (15 % du budget). Le directeur général de la Régie, Réjean Pion, signale que la quantité de déchets non valorisés tend toujours à diminuer. « Plus il y aura de nouveaux marchés, plus il y aura de matières recyclées qui ne l’étaient pas avant, comme les pintes de lait et les emballages de type Tetra Pak, explique-t-il. La RIAM ne tire aucun revenu du recyclage, mais tout le matériel qu’elle envoie à Drummondville est accepté gratuitement au centre de tri parce qu’il est de bonne qualité », a précisé M. Pion. La RIAM a aussi alloué 407 000 $ à la gestion des matériaux secs et des écocentres, de même que 122 000 $ à celle des résidus domestiques dangereux. Enfin, l’administration générale grugera l’an prochain 312 700 $, soit 3,8 % du budget.

image