11 octobre 2012
Burnbrae injecte 5 M$ à Upton
Par: Maxime Prévost Durand
Plus de 1,5 million d'oeufs sont transformés chaque jour à l'usine d'Upton.

Plus de 1,5 million d'oeufs sont transformés chaque jour à l'usine d'Upton.

La direction des Fermes Burnbrae a décidé d’injecter plus de 5 M$ dans son usine d’Upton, les Oeufs Bec-O, afin de moderniser l’équipement en place. Ces fonds seront investis sur une période de trois ans et devraient permettre à l’entreprise d’augmenter sa productivité.

Publicité
Activer le son

Fonctionnant à pratiquement 100 % de sa capacité de production depuis quelque temps, l’usine a dû refuser certains contrats supplémentaires à l’occasion. Après des négociations et des rencontres avec les acteurs régionaux comme la municipalité d’Upton, le Centre local de développement (CLD) et la section montérégienne du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE), les dirigeants de Burnbrae, la famille Hudson, ont décidé d’investir les montants nécessaires à la modernisation.

À Upton pour y rester

« À Upton, l’équipe d’employés grandit et est très fidèle, nos travailleurs sont unis et nous avons décidé que nous étions ici pour le long terme », a expliqué le vice-président de Burnbrae, Ted Hudson. Malgré le fait que l’usine d’Upton soit la seule que Burnbrae possède en terres québécoises, M. Hudson a été touché par l’accueil et la collaboration reçus.

Le directeur de l’usine d’Upton, Ty Diep, s’est réjoui de l’investissement et a parlé d’une avancée très importante pour l’entreprise. « Nous allons remplacer certaines machines qui agissaient comme goulots d’étranglement, c’est-à-dire des machines moins rapides que les autres où les produits s’accumulaient et ralentissaient la ligne de production », a-t-il expliqué. M. Diep n’a pas décortiqué précisément les investissements, mais a répété que l’objectif était la modernisation des installations.Ces nouveaux équipements pourraient « ouvrir les portes que Burnbrae a fermées » en raison du plafonnement de sa production selon M. Diep. Sans vouloir s’avancer trop rapidement, le directeur de l’usine avoue que si les investissements ont l’effet escompté, le nombre d’employés pourrait légèrement augmenter. Pour l’instant, l’entreprise reçoit chaque jour près de quatre à cinq chargements d’oeufs par camion. Ces oeufs proviennent de partout à travers le Canada et même parfois des États-Unis. Une fois sur place, ils sont transformés en différents produits, comme des omelettes, des blancs et des jaunes d’oeufs séparés, etc. Plus de 1,5 M d’oeufs sont transformés chaque jour à l’usine d’Upton. En modernisant les machines, le nombre de produits transformés augmenterait chaque jour.

Une annonce importante pour la région

Le président du CLD, Jean-Marie Laplante, espère que cette nouvelle aura un effet d’entraînement. « Cette nouvelle est accueillie avec beaucoup de bonheur. En ces temps difficiles, la consolidation de ces emplois est très positive. Les Oeufs Becs-O sont un fleuron de notre économie locale », a-t-il commenté lors de la conférence de presse.

La municipalité d’Upton a aussi laissé entendre que des négociations seraient en cours concernant l’agrandissement de l’usine. Le maire d’Upton, Yves Croteau, a précisé que le conseil municipal allait tout mettre en oeuvre pour répondre aux besoins de l’entreprise.La modernisation des équipements chez les Oeufs Bec-O se fera avec l’aide du MDEIE. D’ailleurs, sur les 5,6 M$ annoncés, un demi-million de dollars provient de ce partenaire, dont 425 000 $ en crédits non remboursables.

image