21 janvier 2021
Carte blanche
Ça va bien?
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

C’est LA phrase habituelle des humoristes au début d’un spectacle : « Bonsoir (insérez le nom de la ville)! Ça va bien? » attendant un retentissant « OUI! » avant d’enchaîner la routine. Pas un comique ne s’attend à ce qu’un spectateur se lève un soir pour dire : « NON! J’ai perdu ma job, ma blonde m’a quitté, pis j’ai une bizarre de bosse dans le cou! » Le malaise toé…

Remarquez, ce serait hilarant. Mais ce qui est surtout drôle, c’est qu’en communication humaine, « Ça va bien? » sont les trois mots les plus utilisés ET les plus inutiles. Parce que trop souvent, la réponse est un mensonge et, la plupart du temps, on ne tient pas tant que ça à entendre la vérité. On pose la question par convention, ne pas le faire serait impoli, et ça donne généralement un échange inutile poussé jusqu’au malaise d’un « Bon, ben je vais y aller moé là… »

L’autre jour, je croise un ami et lui lance la question classique. Au lieu de répondre machinalement « Oui, ça va et toi? » pour que je réponde automatiquement « Ben oui, ça va » avant d’enchaîner météo, Canadien et autres banalités du quotidien, il a bien pris son temps, puis regardé au sol et poussé un long soupir. Après quelques secondes, il m’a simplement dit : « …les temps sont durs. »

Je ne me souvenais pas de la dernière fois où quelqu’un dérogea à la règle non écrite des salutations creuses. Nous n’avons pas parlé de Carey Price. Et il n’y a pas eu de malaise. Si la plupart du temps, on demande « Ça va bien? » sans vouloir entendre la vérité, la vérité, c’est que les temps ont changé. Ils sont durs pis c’est le temps de le dire, d’en parler et surtout de l’écouter.

La météo attendra.

image