12 août 2021
Cadillac CT5 2021, le luxe anti-germanique
Par: Marc Bouchard

Photo General Motors

Que celui qui n’a pas encore compris que les berlines allemandes sont les voitures les plus dynamiques sur la route lève la main! On pourra lui donner des explications à part. En attendant, tout le monde qui connaît un peu le monde des berlines compactes et intermédiaires sait pertinemment que BMW, Audi et Mercedes sont les compagnies que tout le monde veut égaler en matière de conduite.
Publicité
Activer le son

Cadillac s’est depuis longtemps lancé dans cette arène, en offrant des versions V et désormais Blackwing de certains de ses modèles. Mais on n’est pas toujours obligé d’être le plus musclé du plateau. Il est parfois préférable d’être simplement la plus confortable, tout en offrant une expérience de conduite satisfaisante.

C’est exactement l’objectif que s’est donné Cadillac avec sa CT5 plus ordinaire (lire ici qu’elle n’a pas l’appellation ultime V). Un objectif qui, avouons-le, est assez proche de la cible.

Version Premium

La berline intermédiaire Cadillac CT5 a fait ses débuts pour l’année-modèle 2020 et reçoit quelques mises à jour – y compris la disponibilité du système d’aide à la conduite semi-autonome Super Cruise de Cadillac – pour sa deuxième saison. Je l’avoue cependant, mon modèle d’essai n’était pas doté de ce système d’aide à la conduite. Dommage, j’aurais bien aimé le tester sur une plus longue période.

Malgré tout, la CT-5 est un véhicule digne de mention. Elle se démarque par une motorisation somme toute bien assez puissante, du haut de ses 335 chevaux. Ces canassons sont activés par un moteur V6 3,0 litres biturbo, jumelé à une boîte automatique 10 rapports dont la rapidité est surprenante pour une voiture dont la mission première, rappelons-le, est d’être luxueuse. Le tout, en option, est aussi offert avec un rouage intégral.

Au-delà de la puissance pure, il faut dire que l’ambiance de l’habitacle est agréable et que les commandes sont bien disposées. La console centrale abrite deux porte-gobelets, un socle de recharge sans fil et des boutons de commande du système d’infodivertissement et du volume audio. Système multifonction qui abrite, comme il se doit, toutes les connectivités imaginables, des commandes vocales et même un point d’accès wifi pour peu que vous soyez enclin à payer l’abonnement qui le propulse.

Il faut avouer, en revanche, que les matériaux paraissent un peu moins nobles que chez les rivaux allemands. Pas qu’ils soient de mauvaise qualité, on est après tout chez Cadillac, mais la conjugaison de certaines textures ne rend pas justice à l’ensemble. Cela contribue toutefois à affirmer la personnalité toute Cadillac de l’ensemble.

Un bon mot aussi pour les sièges, enveloppants et confortables, et pour l’espace réservé aux occupants, offrant dégagement pour la tête et les jambes malgré la ligne de toit profilée du véhicule. Le plancher est un peu moins accueillant à l’arrière, mais il n’est pas non plus une catastrophe.

Précisons qu’elles n’étaient pas toutes présentes sur notre modèle d’essai, mais de nombreuses options, incluant un affichage différent, des suspensions Magnetic Ride ou l’aide à la conduite Super Cruise, font partie des choix possibles.

Sur la route

C’est ici que la Cadillac CT5 prend une nouvelle personnalité. Non, elle n’est pas sportive comme la V, mais la direction est étonnamment précise et agréable. Les suspensions jouent leur rôle dans la quasi-totalité des conditions, ne faisant de compromis que sous une inspiration vraiment très dynamique. Une mauvaise note aussi pour l’absorption de certaines portions de route plus accidentées.

À titre d’exemple, des réparations de chaussée réalisées en amateur non loin de chez moi sur la route principale ont eu l’heur de déplaire à la CT5. La voiture absorbait sans souci les premiers rebonds, mais semblait incapable de répéter l’opération toute la longueur de la réparation bâclée. Précisons cependant que beaucoup d’autres véhicules testés au même endroit ont fait encore pire, mais plusieurs ont fait mieux. Je ne sais trop si je dois en parler à Cadillac ou aux autorités municipales responsables de cette situation!

En résumé

Avec ses 335 chevaux, la CT5 est largement assez dynamique pour les besoins de la cause. Avec son confort indéniable, sa direction relativement précise et son habitacle bien équipé, elle est sans conteste une rivale bien présente dans sa catégorie.

Quant à savoir si elle bat les allemandes sur leur propre terrain, cela est peut-être présomptueux. Quand on compare le confort cependant, on se demande si on a vraiment envie de les battre ou de simplement savourer la randonnée au volant de la CT5.

image