3 mars 2016
Caltâr-Bateau, le vent dans les voiles
Par: Alice De guise
Caltâr-Bateau, groupe d’origine maskoutaine, participera aux ­préliminaires des Francouvertes le 7 mars au Lion d’Or à Montréal.

Caltâr-Bateau, groupe d’origine maskoutaine, participera aux ­préliminaires des Francouvertes le 7 mars au Lion d’Or à Montréal.

À la suite du succès de Vocal Boisson #7 en 2013, Caltâr-Bateau a retenté le coup en sortant un nouvel album La bavure

Publicité
Activer le son

Caltâr-Bateau devra, le temps d’une ­prestation d’une durée de 30 minutes, charmer le jury composé de gens de ­l’industrie. Le premier prix à gagner est des plus alléchants pour un groupe ­émergeant. En plus d’une bourse de 10 000 $, les gagnants repartiront avec sept jours d’enregistrement en studio, une distribution numérique et physique de l’album, des prestations rémunérées et plus encore.

« C’était la quatrième fois que nous ­tentions notre chance aux Francouvertes. Nous en étions venus au consensus que c’était notre dernier essai. Cette ­participation tombe à pic pour nous. Les appels commencent à rentrer et nous sommes un peu plus connus maintenant. Il faut aussi dire que La ­bavure des possessions est plus ­accessible que le précédent », explique Alexandre Beauregard, membre fondateur de Caltâr-Bateau.

Après un an de tournée, la formation peut confirmer le succès du dernier opus. Même si les membres du groupe sont ­toujours à la recherche d’un son ­authentique et inédit, ils sont conscients de la nécessité de faire de la musique plus homogène. Caltâr-Bateau a enregistré l’album dans le même studio (chapelle) que le célèbre groupe Arcade Fire.

« Nous avons enregistré l’album ­pendant trois semaines. Au final, ça donne un son plus uniforme. Si notre but est de perdurer, de vivre de notre ­musique, nous n’avons pas le choix de la rendre plus accessible à un plus large ­public. Du moins, le prochain le sera ­davantage. Nous avons beaucoup d’inspirations. Nous passons du folk, au blues, au jazz et à de la musique du monde. Par contre ce qui nous plaît, c’est vraiment le rock. C’est l’essence de Caltâr-Bateau », précise-t-il.

Caltâr-Bateau, c’est sept musiciens sur scène qui font vibrer leur guitare, basse, synthétiseur, saxophone et ­violoncelle. Ils font du rock tourtière, du rock d’ici avec des inspirations ­d’ailleurs. C’est le premier album sur ­lequel Alexandre Beauregard et Étienne Dupré composent complètement la ­musique et les paroles. Pour eux, suivre un processus créatif qui leur est propre est primordial.

« C’est important pour nous de dire quelque chose, d’avoir des paroles ­minimalement significatives. Étienne et moi travaillons nos choses de notre côté, puis nous nous rencontrons pour nous présenter ce que nous avons créé. Avec La bavure des possessions, on voulait faire un album qui s’écoute bien dans son ­entièreté », lance le guitariste.

La formation sera donc en prestation au Lion d’Or le 7 mars. Les artistes invités sont Dany Placard, Francis Faubert ainsi qu’Antoine Corriveau. Caltâr-Bateau se mesurera aux groupes Dans l’Shed et La Famille Ouellette lors de la 20e édition des Francouvertes.

image