8 octobre 2020
Éducation
Caroline Dupré passe à la Fédération des centres de services scolaires
Par: Rémi Léonard

En poste depuis 2012 comme directrice générale de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (maintenant devenue le Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe), Caroline Dupré commencera l’année 2021 en allant relever un nouveau défi. On ignore encore qui prendra sa relève. Photothèque | Le Courrier ©

La directrice générale du Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSSH), Caroline Dupré, quittera son poste en janvier pour devenir la nouvelle présidente-directrice générale de la Fédération des centres de services scolaires du Québec (FCSSQ).

Publicité
Activer le son

Il s’agit d’un nouveau défi à relever pour celle qui se définit comme une véritable « passionnée de l’éducation », domaine auquel elle a d’ailleurs dédié toute sa carrière, débutée il y a 29 ans dans l’enseignement. Toujours dans la région, elle a ensuite poursuivi son parcours en devenant directrice d’établissement avant de rejoindre le siège social de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe à divers postes de direction, dont la direction générale, qu’elle occupe depuis 2012.

C’est donc avec un « mélange d’émotions » que la Maskoutaine quittera son milieu au début 2021. À la fois « déchirée de laisser derrière [elle] » son équipe, elle anticipe tout de même avec fébrilité de prendre part à l’avenir aux enjeux nationaux. « C’est toujours facile de critiquer » lorsqu’on est loin des décisions, fait-elle remarquer, alors qu’elle espère maintenant pouvoir « influencer en amont » les grands débats du monde de l’éducation.

Elle rejoint d’ailleurs une fédération, anciennement celle des commissions scolaires, qui doit elle aussi s’adapter à la nouvelle gouvernance implantée dans le réseau. C’est donc une organisation « appelée à se définir » au moment où elle arrivera aux commandes, une posture motivante pour Mme Dupré, qui dit aspirer à « positionner la Fédération comme un leader dans le milieu de l’éducation ».

Quelques dossiers marquants

En évoquant son parcours à la tête de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, le dossier de la passation des actifs du Collège Antoine-Girouard vers le public arrive spontanément comme l’un des moments marquants pour Caroline Dupré. Dossier d’envergure, elle se rappelle pourtant que le projet est né d’un simple « embryon », les discussions ayant d’abord été entamées pour le transfert éventuel du programme sports-études. De fil en aiguille, c’est finalement l’école au grand complet qui passera au secteur public, une évolution qui continue d’avoir des répercussions de nos jours alors que le projet d’agrandissement dans l’aile centrale du Séminaire s’apprête à aller de l’avant.

Caroline Dupré loue également les efforts réalisés durant les années plus difficiles de compressions budgétaires, alors que le service des finances est parvenu à boucler des budgets toujours équilibrés. Elle se faisait un point d’honneur de ne « jamais toucher aux services aux élèves ». Malgré les « choix parfois déchirants », elle se dit « fière » de la manière dont son organisation a traversé cette épreuve.

Parmi les enjeux qui lui tiennent à cœur, elle souligne aussi tous les efforts déployés pour soutenir la réussite éducative et redorer par le fait même l’image de l’éducation publique. La nouvelle école primaire à venir au Domaine sur le Vert et le parc Sacré-Cœur, tout récemment inauguré, constituent également de belles réalisations, a-t-elle observé.

Que du positif

Question d’avoir un avis extérieur, LE COURRIER a contacté l’un des proches collaborateurs de Caroline Dupré durant ses années à la direction générale : l’ancien président de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, Richard Flibotte. Ce dernier n’avait que de bons mots pour son ancienne directrice générale, qu’il a toujours perçue comme « une personne de défis ». Il n’a donc pas été étonné par sa nomination récente, la décrivant comme une « excellente gestionnaire, qui sait amener une vision porteuse tout en restant centrée sur l’humain », a-t-il commenté. À travers les dossiers plus sensibles, elle a été « capable de prendre des décisions courageuses et de maintenir malgré tout un bon climat », s’est-il remémoré. « Je suis convaincu qu’elle saura mener la Fédération à bon port. Je la vois très bien à ce poste », a-t-il aussi partagé.

Transition à venir

D’ici janvier, Mme Dupré aura encore du pain sur la planche alors que le nouveau conseil d’administration du centre de services sera formé sous peu. Il faudra évidemment enclencher rapidement le processus menant au choix d’une nouvelle direction générale, où elle pourra notamment travailler à établir le profil recherché.

À la personne qui lui succédera, Caroline Dupré assure qu’elle laisse « une organisation en ordre, en plein essor et composée de gens compétents et dévoués, autant au siège social que dans les écoles ». Même de Québec, où elle devra s’établir pour son nouveau poste, elle assure qu’elle restera disponible au besoin pour offrir des conseils à son ou sa successeur(e). Et pas d’inquiétude, malgré la distance, elle restera toujours une fière Maskoutaine, a-t-elle assuré.

image