12 novembre 2015
Michael Gadbois l’emporte par décision unanime à Trois-Rivières
« Ce n’est pas un combat dont je suis fier »
Par: Maxime Prévost Durand
Michael Gadbois a savouré sa 14e victoire chez les professionnels.Photo Facebook EOTTM

Michael Gadbois a savouré sa 14e victoire chez les professionnels.Photo Facebook EOTTM

Sans être une performance éclatante, le boxeur maskoutain Michael Gadbois (14-0-3) a remporté son combat face à l’Espagnol David Martin Campillo (10-3-1) par décision unanime lors du gala Fightclub tenu à Trois-Rivières le 6 novembre. Les juges ont remis des cartes de 77-75, 79-73 et 78-74 en faveur du protégé d’Eye of the Tiger.

Publicité
Activer le son

Absent du ring depuis avril, alors qu’il avait livré un combat nul à Steven Wilcox, Gadbois avoue avoir eu du mal à trouver son synchronisme dans ce combat de huit rounds chaudement disputé. « Ça faisait six mois que je n’avais pas boxé, il y a beaucoup de choses à améliorer à la suite de ce combat. Je n’ai pas trouvé mon timing durant le combat et je suis un peu déçu pour ça », a-t-il commenté dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Son adversaire, qui en était à une ­première apparition sur un ring en ­Amérique du Nord, a livré une fière opposition au Maskoutain, prenant même l’avantage à la mi-combat.

Gadbois est sorti du plan de match lors du 5e round, se laissant emporter par les émotions à la suite de nombreux ­accrochages entre lui et Campillo. Ses entraîneurs ont tôt fait de le ramener à l’ordre. « Reste sérieux », lui criait Marc Seyer, alors que le Maskoutain lançait des sourires narquois à son adversaire.

Ce dernier s’est resaisi lors des derniers rounds, gardant ses meilleurs coups pour le 8e assaut.

« J’ai bien fait, mais ce n’est pas un ­combat dont je suis fier », a-t-il confié. S’il s’attendait à un duel plus facile que ce à quoi il a eu droit, Gadbois estime avoir tout de même réussi à contrôler le combat comme il le voulait. « Je voyais bien sa droite arriver, j’ai coupé beaucoup d’attaques en me collant à lui et j’ai réussi à contrôler le combat un peu de cette façon. »

Rendez-vous le 4 décembre

S’il a attendu près de six mois avant de­ ­remonter sur le ring entre ses deux ­derniers combats, il en sera autrement cette fois puisqu’on le retrouvera en ­action dès le 4 décembre dans un autre gala Fightclub d’Eye of the Tiger, tenu cette fois au Métropolis à Montréal.

Jamais dans sa carrière Michael ­Gadbois n’a livré deux combats dans un laps de temps aussi rapproché chez les professionnels.

« Je n’ai pas été très actif cette année. Il faut que je voie de l’action. Je suis content que Camille [Estephan, le président d’Eye of the Tiger] me fasse boxer de nouveau en décembre. »

Son adversaire n’était pas encore connu au moment de mettre sous presse. Il ­devrait s’agir d’un combat d’une durée maximale de dix rounds.

image