2 août 2012
La Coalition Avenir Québec présente son candidat
Ce sera Pierre Schetagne
Par: Le Courrier
Pierre Schetagne est le candidat de la Coalition Avenir Québec dans Saint-Hyacinthe.

Pierre Schetagne est le candidat de la Coalition Avenir Québec dans Saint-Hyacinthe.

À défaut de dénicher un candidat pour représenter la Coalition Avenir Québec dans la grande famille maskoutaine, François Legault aura trouvé celui qu’il cherchait dans sa propre famille.

publicité

Son cousin, Pierre Schetagne, 56 ans, résidant de Dorval, défendra l’arc-en-ciel caquiste dans le comté de Saint-Hyacinthe. Mais M. Schetagne se garde bien de présenter d’abord ses liens de parenté. Il est, aux yeux du parti, un « candidat vedette à découvrir », selon Mario Charpentier, un Maskoutain d’origine membre de l’exécutif national, venu le présenter au COURRIER.

La feuille de route de M. Schetagne est bien garnie. Bachelier en droit, puis détenteur d’un MBA, il a d’abord travaillé dans le milieu des finances au Mouvement Desjardins. C’est à cette époque qu’il a fait ses premières armes dans le milieu du développement commercial avant de faire le saut au Groupe Transat, sous la gouverne de François Legault. Pierre Schetagne serait d’ailleurs le principal artisan de l’implication du Fonds de solidarité FTQ au sein de la compagnie aérienne, devenue « un fleuron de l’entrepreneuriat québécois ». Fort de cette expérience, il a ensuite mis sur pied un fonds régional de solidarité dans les Laurentides. « Le capital de risque, le développement d’entreprises, ça rejoint mon profil. À Saint-Hyacinthe, le CLD joue un rôle de premier plan dans le développement des entreprises innovantes », énumère M. Schetagne. Déjà, la CAQ a annoncé vouloir accroître les pouvoirs et les ressources des CLD pour qu’ils soient des moteurs du développement des entreprises partout au Québec. « Nous souhaitons qu’ils aient accès à un guichet unique en matière d’investissements pour soutenir financièrement les projets de leur région », relève M. Schetagne.L’homme de finances a aussi fait le saut en politique lorsqu’il a intégré le cabinet du ministre de l’Éducation de l’époque, François Legault. Il a participé aux tables de négociations avec les principaux syndicats et à l’organisation du Sommet du Québec et de la jeunesse.Au début des années 2000, il prend les rênes du Cégep Gérard-Godin, dans l’ouest de Montréal, qu’il dirige pendant huit ans avant d’être nommé, il y a deux ans, à la direction de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Il occupait encore ce poste jusqu’au moment d’officialiser sa candidature, mercredi matin. « À Saint-Hyacinthe, il y a du développement d’entreprises, plusieurs institutions d’éducation et tout le milieu agroalimentaire que j’ai appris à connaître à l’ITHQ. Ce sont trois de mes champs d’intérêt. Je suis à Saint-Hyacinthe en terrain connu », assure-t-il. « L’agriculture et l’industrie de la transformation alimentaire sont des priorités à la CAQ. Ce sont de grandes forces du Québec sur lesquelles il faut miser. »À sa première journée à titre de candidat, Pierre Schetagne ajoute à sa liste d’enjeux locaux un dossier prioritaire : la venue du train de banlieue. « Pour favoriser le transport en commun, le développement du comté et l’environnement, le train de banlieue doit venir jusqu’à Saint-Hyacinthe », affirme-t-il sans détour.D’autres engagements s’ajouteront en cours de campagne, promet-il, déjà enthousiaste à l’idée de rencontrer les électeurs et les maires du comté tout en mettant en place une organisation locale pour le parti, un parti qui se veut rassembleur. M. Schetagne avait d’ailleurs « il y a longtemps » sa carte de membre du Parti québécois. « Lorsque j’ai assisté aux premières grandes réunions de la CAQ, j’ai vu des souverainistes, des autonomistes et des fédéralistes assis à la même table et parler d’enjeux qui vont au-delà des vieilles chicanes. La CAQ est un parti d’avenir qui propose un projet de société, pas seulement des mesures populaires ici et maintenant », a-t-il conclu.

image