24 mai 2012
Cent ans de sports à Saint-Pie (4)
Par: Le Courrier
Le club de baseball Saint-Pie entre 1930-1940. Archives Luc Cordeau.

Le club de baseball Saint-Pie entre 1930-1940. Archives Luc Cordeau.

Sous le signe de la modernité

publicité

Le baseball est le premier sport d’équipe pratiqué à Saint-Pie. Dans le « Bulletin paroissial de Saint-Pie », le chanoine Decelles fait la mention d’une partie opposant l’équipe de Saint-Pie à celle de l’Union Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe le 6 juillet 1913. Après le banquet, cette grande journée de réjouissance se termine par un feu d’artifice. Voilà une belle façon de souligner les débuts du sport dans la localité!

Si le club de Saint-Pie célèbre de façon éclatante cette victoire, on ne peut passer sous silence la défaite humiliante de 26 à 5 face au club Canadien de Saint-Hyacinthe quelques semaines auparavant. Malgré ce cuisant échec, le club Saint-Pie est déclaré champion de l’année. À cette époque, le baseball, tout comme le hockey d’ailleurs, n’est pas vraiment organisé sous forme de ligues. Les clubs répondent plutôt aux défis lancés par les équipes adverses. Selon ce système, la formation ayant remporté le plus de victoires est considérée comme championne. Au cours des premières années du baseball à Saint-Pie, les joueurs affrontent les porte-couleurs de Saint-Thomas-d’Aquin, de Saint-Césaire, de Farnham, de Granby, de Marieville, de Sainte-Madeleine et de Saint-Hyacinthe. À l’instar des courses de chevaux, ces défis constituent de belles occasions de paris pour les spectateurs et pour les organisateurs d’événements sportifs. L’hippodrome de Saint-Pie devient un endroit de choix pour le baseball, car les estrades peuvent accueillir une grande foule. Certaines parties sont disputées devant plus de 500 spectateurs. Les sportifs se déplacent en grand nombre afin d’encourager les frères Prévost qui forment la batterie (lanceur et receveur) du club Saint-Pien. Des équipes provenant de l’extérieur viennent même s’affronter à cet endroit, ce qui en dit long sur la qualité des installations.

Sous le signe de la modernité

Les décennies 1920 et 1930 seront déterminantes sur le plan de la démocratisation du sport. La population ouvrière, bénéficiant de plus d’argent et de temps libre, s’identifie de plus en plus à ce phénomène synonyme de modernité.

En 1932, dans le cadre de la Saint-Jean-Baptiste, le personnel de la D & D Black Shoe Co. participe à une fête sportive. « Après un tournoi de tennis sur le terrain de la manufacture, plus de cinquante personnes se sont rendues à un chalet de la Pointe-aux-Fourches gracieusement fourni par M. L’Archevêque », signale le rédacteur du Clairon le 1 er juillet 1932. Au cours de l’après-midi, les travailleurs participent à plusieurs jeux et concours sur la terre et sur l’eau. Cette journée récréative est significative de l’air du temps. Ainsi, il n’est guère surprenant de constater que plusieurs activités sportives tels le baseball, le croquet, le tennis et le hockey prennent une place plus grande au sein de la vie quotidienne des habitants de Saint-Pie au cours des années 1930.Le hockey, pratiqué majoritairement par les anglophones depuis quelques décennies, devient alors le sport par excellence des francophones au cours de cette période. Bien que les villageois disposent de la surface glacée de la rivière pour patiner, on joue au hockey sur la patinoire de l’Académie. Au cours de l’hiver 1933-1934, on note la présence d’une ligue formée des représentants des manufactures : Alfred Benoit, D & D Black Shoe Co. ainsi qu’une équipe « patronisée » par le collège. En séries éliminatoires, les Castors d’Alfred Benoit triomphent et remportent la coupe offerte par les citoyens de Saint-Pie. Les quatre meilleurs joueurs de la ligue sont également honorés. L’année suivante, pour répondre aux besoins des plus jeunes, on met également sur pied deux ligues pour les élèves. Les deux organisations comportent trois clubs regroupant sept joueurs et un gérant. Les clubs portent les noms de Cartier, Maisonneuve, Dollard, Frontenac, Montcalm et Lévis. Les parties se déroulent les mercredis et vendredis à 12 h 30. Au terme de la saison de onze parties, J.-Roger Despars et Rodolphe Beaudry remportent, respectivement chez les grands et les petits, le championnat des marqueurs. Cette même année, une formation portant les couleurs de Saint-Pie relève également quelques défis provenant de localités voisines. En plus du hockey, les élèves sont initiés aux rudiments de la gymnastique. Le 28 avril 1934, lors d’une soirée récréative et musicale, les jeunes athlètes exécutent une démonstration de gymnastique suédoise. Au collège, dès que les jeunes sportifs quittent les salles de cours, ils s’adonnent à des jeux extérieurs pour s’amuser et dépenser leur trop-plein d’énergie. Parmi ces activités récréatives, le baseball occupe une place de choix. En octobre 1936, un groupe de 50 élèves se rend à Acton Vale afin de rendre visite au frère Marcellin, ancien professeur au collège. Ils profitent du voyage afin de disputer une partie de baseball contre l’équipe de l’endroit. À suivre…

image