12 septembre 2019
Forum
Centre-ville : soyons positifs
Par: Le Courrier

Guy Duhaime.

J’ai bien hésité à écrire cette lettre. Toutefois, en parlant avec certains commerçants et gens d’affaires de notre centre-ville et voyant aussi ce qui se fait ailleurs dans d’autres villes du Québec, je ne peux rester silencieux devant le fameux débat du développement ou non-développement de notre centre-ville.

Publicité
Activer le son

Le mardi 20 août, je fus invité pour ma fête dans un restaurant du Vieux-Beloeil. Je vous rassure tout de suite, mes habitudes alimentaires et de consommation se font habituellement dans ma ville, très souvent dans le restaurant qui m’appartient, mais aussi chez d’autres restaurateurs de notre centre-ville.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir, un mardi soir, la foule de clients présente dans presque tous les restaurants de ce Vieux-Beloeil. J’en ai donc profité pour tenter de faire une brève analyse de la situation. Bien sûr, quelques restaurants sont près du bord de l’eau, ce qui constitue un attrait certain, mais la majorité d’entre eux ne bénéficient pas d’un tel emplacement et affichaient quand même « complet » ou presque.

Les restaurants du centre-ville du Vieux-Beloeil sont-ils vraiment meilleurs que ceux que nous avons dans notre centre-ville de Saint-Hyacinthe?

Je ne crois pas que ce soit la bonne question à se poser. En fait, en y regardant de plus près, la foule présente me semblait aussi diversifiée que les habitations de ce Vieux-Beloeil. Il y a de vieilles habitations modestes, mais aussi des habitations récentes, des habitations en hauteur abritant des gens un peu plus fortunés. Cette faune variée fait de cette toute petite ville un endroit vivant. Notre centre-ville a grandement besoin de cette évolution.

N’y voyez pas une insensibilité de ma part envers mes concitoyens. Pour ceux qui me connaissent, ils savent combien je suis impliqué depuis toujours dans l’aide humanitaire, artistique et autres, et cela ne changera pas. Toutefois, il faut aussi tenir compte des familles qui travaillent et vivent avec les commerces et les restaurants du centre-ville. Ces derniers ont besoin de gens qui se promènent dans les rues et qui peuvent dépenser dans nos places d’affaires. Pas besoin que le maire ou des conseillers nous demandent d’intervenir, la morosité du centre-ville est malheureusement devenue presque une chose acquise lorsqu’il n’y a pas de spectacle au Centre des arts. Je ne prêche pas ici que pour ma paroisse, comme le dit le dicton, mais bien pour une bonne partie de la communauté d’affaires du centre-ville. Une belle promenade renouvelée et de nouvelles constructions pour la border auront une influence positive sur la conservation et l’attendu développement de notre beau centre-ville.

La Ville a enlevé près de deux cents horodateurs au centre-ville, le saviez-vous? Je vous invite donc à visiter votre centre-ville et, aussi, à entretenir des pensées moins négatives envers son développement futur. Et le futur, il faut que ce soit maintenant! Pensons positif et cessons de toujours nous opposer aux changements.

Guy Duhaime, homme d’affaires maskoutain et citoyen engagé

image