12 janvier 2012
Suicide de Paul Laplante
« C’est le dernier coup qui pouvait nous être porté »
Par: Le Courrier

Il se pourrait bien que personne ne sache jamais comment ni pourquoi la Maskoutaine Diane Grégoire a été assassinée. Le suicide de Paul Laplante, accusé du meurtre prémédité de sa femme, met un terme définitif au processus judiciaire qui s’était engagé au Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield. Mais au sein de la famille décimée du couple Grégoire-Laplante, ce décès vient surtout clore une longue saga de quatre ans qui a mis tout le monde à rude épreuve.

Publicité
Activer le son

« Sur le coup, ça saisit. C’est quand même quelqu’un qu’on connaît qui vient de mourir », confie Céline Morissette, une proche cousine de Diane Grégoire, quelques heures après avoir appris le décès de Paul Laplante par l’entremise des policiers. « Mais est-ce qu’on est surpris? Honnêtement, plus rien ne nous surprend de la part de Paul. »

Depuis la mystérieuse disparition de Diane Grégoire, l’affaire avançait d’un rebondissement à un autre : les recherches aux quatre coins de la Montérégie, les accusations de harcèlement déposées contre Paul Laplante au Palais de justice de Saint-Hyacinthe, le déploiement policier à proximité d’un incinérateur de carcasses de porcs à Saint-Valérien-de-Milton, la découverte inattendue du corps de Mme Grégoire dans un boisé de Coteau-du-Lac, l’arrestation de Paul Laplante. « À chaque fois, c’était une gifle. Et c’est pire quand tu as l’impression de vivre tout ça publiquement, quand tu vois ça partout aux nouvelles », souligne Louise Morissette, une autre cousine de la victime.

Soulagement

Les proches de Diane Grégoire voyaient approcher avec inquiétude le procès hautement médiatisé de Paul Laplante.

« De ce point de vue, c’est une libération totale. C’est un poids de moins sur nos épaules », affirme Louise Morissette qui ne pouvait se résoudre à faire de nouveau face à la meute de journalistes. « Le procès allait nous permettre de savoir ce qui était arrivé, poursuit-elle. Bien sûr, nos questions resteront sans réponses, mais il y a des détails qu’on aimait mieux ne pas connaître de toute façon. Ce procès allait brasser beaucoup d’émotions, mais ça n’allait pas nous ramener Diane. »« Ce sont des moments de souffrance en moins pour nous et surtout pour les enfants, d’ajouter Céline Morissette. C’était impossible de refermer la cicatrice en attendant un procès. Maintenant, on va passer à autre chose. »Même son de cloche du côté de Louise Morissette, qui s’est entretenue avec le fils du couple, Francis, pour lui apporter son soutien devant cette nouvelle épreuve. « Encore plus que nous, les enfants vont de coup dur en coup dur, a-t-elle rappelé. C’est assez maintenant. On vient de recevoir le dernier coup qui pouvait nous être porté. Ça s’arrête ici. »

Condoléances

Les cousins et cousines de Diane Grégoire invitent ceux qui le souhaitent à faire parvenir leurs messages d’encouragement et de condoléances aux enfants du couple Grégoire-Laplante, Élizabeth et Francis, par la poste ou par courriel. « Par respect pour les enfants et le reste de la famille, on aimerait que les gens communiquent directement avec nous plutôt que de passer par d’autres personnes », précise Louise Morissette.

La correspondance peut être envoyée par la poste à « Famille de Diane Grégoire, case postale 31, Saint-Hyacinthe, J2S 3A0 » ou encore par courriel à famille@dianegregoire.com. -30-

image