18 octobre 2018
C’était écrit dans le ciel
Par: Le Courrier

Chaque 40 ans, les citoyens du Québec changent leur gouvernement de façon drastique en choisissant un nouveau parti.

publicité

En 1936, un an après la formation de l’Union nationale (UN) de Maurice Duplessis (fondé à la suite de la fusion entre le Parti conservateur du Québec et l’Action libérale nationale), ce parti a pris le pouvoir après un règne de 39 ans ininterrompus du PLQ. Oui, oui, 39 ans ininterrompus.

En 1976, huit ans après la formation du Parti québécois de René Lévesque (fondé à la suite de la fusion du Mouvement souveraineté-association (MSA) et du Ralliement national (RN)), le PQ a pris le pouvoir après la fameuse élection de 1973 lors de laquelle le PLQ avait fait élire 102 députés sur 110 (wow). Il mettait aussi un terme à 40 ans d’alternance entre PLQ et UN, dont 23 ans d’UN. Notez que lors des 79 années précédentes, le PLQ a été au pouvoir 55 ans. Il faut aussi noter que l’UN disparut de la carte électorale quatre ans après l’élection de 1976. C’était le parti d’une génération (les milléniaux de l’an 1900).

En 2018, sept ans après la formation de la CAQ de François Legault (fondée à la suite de la fusion avec l’ADQ), les caquistes ont pris le pouvoir après 13 ans sur 15 de pouvoir du PLQ, ce qui correspondait aussi à 48 ans d’alternance entre PLQ et PQ, dont 28 ans du PLQ. Notez que lors des 120 dernières années, le PLQ a été au pouvoir 78 ans. Et l’avenir nous le dira pour le PQ, car lui aussi, c’est le parti d’une génération (les baby-boomers)!

En fait, la seule chose qui n’a pas changé depuis la création de la Confédération canadienne en 1867, c’est le PLQ. Il est toujours là, peu importe les époques ou les autres partis. On verra la suite d’ici 2058. Ouf, ça semble si loin. Et peu de nous y seront encore. 

image