27 octobre 2011
À son premier combat professionnel en arts martiaux mixtes
Charbonneau pas intimidé par le Centre Bell
Par: Maxime Desroches
Francis Charbonneau n'a pas raté ses débuts sur la grande scène, samedi, au Centre Bell.

Francis Charbonneau n'a pas raté ses débuts sur la grande scène, samedi, au Centre Bell.

C’est devant une foule partisane de 4 000 personnes que le Maskoutain Francis Charbonneau a effectué ses débuts professionnels en arts martiaux mixtes lorsqu’il a pris part à l’événement Ringside 12, samedi, au Centre Bell.

Confronté à Christ Franck, un combattant qui avait remporté son unique duel par mise hors de combat, Charbonneau est venu à bout de son adversaire en travaillant méthodiquement et en respectant le plan de match établi par son entraîneur Yanick Bergeron. Au bout de trois rounds disputés à fond de train, les trois juges ont montré une carte identique de 30-27 en faveur du Maskoutain.

« J’ai senti une baisse de régime de son côté après les deux premières minutes du combat. Il a commencé avec la pédale au fond. De mon côté, j’attendais le moment pour contre-attaquer en misant sur le style qui m’a fait connaître du succès, soit celui d’un striker. Mon background en boxe m’aide beaucoup à ce niveau-là », raconte celui qui est aussi monté à deux reprises dans l’arène de boxe en 2011.Distribuant de bons uppercuts tandis que son opposant s’essoufflait, Charbonneau a profité de quelques moments de faiblesse de Franck pour l’amener en position de vulnérabilité contre le grillage de l’octogone.« Je pense avoir gagné des points auprès des juges en bloquant ses jambes. C’est à ce moment que je me suis senti le plus en contrôle. »Bien qu’il se donnait en spectacle devant une impressionnante foule, Charbonneau estime être parvenu à faire le vide et n’a été nullement intimidé par l’ampleur du duel.

Dans l’octogone avec le meilleur

Peut-être sa collaboration récente avec Georges St-Pierre y a-t-elle été pour quelque chose. L’athlète de 27 ans a en effet pu peaufiner sa préparation en disputant plusieurs rondes de sparring avec celui qu’on reconnaît largement comme le meilleur athlète d’arts martiaux mixtes, livre pour livre.

« C’est fou ce que ça peut faire pour la confiance. J’ai pu aider Georges étant donné que je pratique un style qui intègre la boxe, tout comme l’adversaire qu’il se préparait à affronter. De mon côté, j’avais beaucoup à gagner de ses conseils. Après t’être mesuré à GSP, tu te sens capable de rivaliser avec n’importe qui. »Charbonneau estime avoir laissé une impression favorable aux dirigeants de Ringside et souhaite signer un contrat avec l’organisation avant la tenue de son prochain gala.« Mon objectif est de me consacrer en grande partie aux arts martiaux mixtes, même si la boxe va continuer de faire partie de mon entraînement (il est désormais sous la tutelle des frères Grant, tout comme Sébastien Demers). Je ne me ferme aucune porte pour l’instant. »Charbonneau a notamment évoqué la possibilité de signer un contrat afin de disputer trois combats de boxe en sol américain au cours des prochains mois.

image