9 août 2012
Campagne électorale
Charest croit en Arpin
Par: Le Courrier

La campagne électorale était à peine amorcée que déjà, le chef du Parti libéral et premier ministre du Québec, Jean Charest, débarquait dans la circonscription de Saint-Hyacinthe le 2 août en après-midi pour y accompagner sa candidate, Louise Arpin, le temps d’une visite industrielle.

publicité

De toute évidence, il fonde sur elle de grands espoirs. « Louise est pour nous une excellente candidate. Elle siège au conseil de ville, elle connaît bien les dossiers municipaux et en tant qu’avocate, elle oeuvre dans le milieu familial. Elle va gagner la confiance des gens », a-t-il confié au COURRIER dans l’autobus de campagne, au terme de sa visite.

Il a rappelé qu’aux élections de décembre 2008, la circonscription de Saint-Hyacinthe avait échappé de peu à son parti. Le candidat libéral d’alors, Claude Corbeil, n’avait été distancé par le péquiste Émilien Pelletier que par 213 voix. « On était passé très près. Peut-être que si on était parti plus tôt… », s’est remémoré Jean Charest, qui croit que cette fois sera la bonne. Les libéraux ont perdu la circonscription en 1994 et n’ont pu la reprendre par la suite.Pour son passage à Saint-Hyacinthe, Jean Charest avait choisi de s’arrêter à l’usine de la société Jefo, cet important fabricant de suppléments alimentaires pour animaux d’élevage dont les installations se trouvent au nord de l’autoroute 20, loin du centre-ville. M. Charest a fait la tournée des grands bâtiments de l’entreprise tout en serrant des mains. « Merci pour le petit coup de main! », lui a par exemple lancé Réal Laflamme, un administrateur de l’Exposition agricole venu le saluer. Il le remerciait pour l’annonce de la subvention de 1,5 million $ qui permettra à l’organisation de se doter d’un nouveau pavillon. « On ne peut pas passer à côté d’un 175 e anniversaire », lui a souri Jean Charest.Peu de gens avaient été prévenus de sa visite à Saint-Hyacinthe. Sa destination finale n’avait été révélée aux médias locaux que quelques heures avant son arrivée et les abords de l’usine Jefo étaient surveillés par des patrouilleurs de la Sûreté du Québec. Le printemps étudiant, visiblement, a rendu le premier ministre méfiant.

Dossiers locaux

Invité par LE COURRIER à commenter la question du gel des périmètres urbains dans la MRC entourant la Communauté métropolitaine de Montréal (voir en manchette), le premier ministre a paru quelque peu surpris. Peut-être ignorait-il encore qu’au cours du mois de juillet, les maires de la MRC Les Maskoutains lui avaient adressé une résolution demandant le retrait de la directive concernant les périmètres urbains des MRC périphériques. « Je n’ai pas vu le détail de ça », a-t-il laissé tomber.

Il n’a guère été plus loquace sur d’autres enjeux locaux, comme l’aménagement d’un gymnase digne de ce nom à l’école secondaire Fadette, un dossier qui stagne depuis plus de 10 ans. Serait-il maintenant prêt à donner le feu vert au projet et à le subventionner? « Ce sera un dossier pour Louise », a-t-il répondu, tout en admettant qu’il y avait du rattrapage à faire dans l’entretien du parc immobilier gouvernemental.Dans le dossier des gaz de schiste, il ne se formalise pas du fait que Louise Arpin se soit prononcée au conseil municipal de Saint-Hyacinthe en faveur d’un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du sous-sol de la région. Il a rappelé qu’une Étude environnementale stratégique était en cours et qu’en attendant, il ne se faisait ni fracturation, ni aucune autre activité liée à la recherche de gaz. « L’important, c’est la sécurité du public et ça, ce n’est pas négociable », a-t-il dit.Résolu à faire campagne sur le thème de l’économie, Jean Charest a tourné en dérision les attaques dont il fait l’objet, notamment sur la question de la corruption. « Ce sera la cassette de Mme Marois, ce sera aussi celle de M. Legault. Qu’est-ce qui se cache derrière ça? Deux choses : premièrement, un vide total d’idée sur l’économie et deuxièmement, le fait qu’elle (Pauline Marois) veut cacher son référendum », a-t-il lancé en conférence de presse.

image