16 juin 2016
Cinq congrégations religieuses font un don de 3,25 M$
Par: Le Courrier
De gauche à droite (debout) : Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal; Francine Ducharme, doyenne de la Faculté des sciences infirmières; Véronique Dubé, titulaire de la Chaire; Louise Roy, chancelière de l’Université de Montréal; et Gil Desautels, directeur général par intérim du BDRD. Assises : Soeur Claudette Robert, Supérieure générale Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe; Soeur Jacqueline Saint-Yves, Supérieure générale Soeurs de la Charité de Montréal, « Soeurs Grises »; Soeur

De gauche à droite (debout) : Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal; Francine Ducharme, doyenne de la Faculté des sciences infirmières; Véronique Dubé, titulaire de la Chaire; Louise Roy, chancelière de l’Université de Montréal; et Gil Desautels, directeur général par intérim du BDRD. Assises : Soeur Claudette Robert, Supérieure générale Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe; Soeur Jacqueline Saint-Yves, Supérieure générale Soeurs de la Charité de Montréal, « Soeurs Grises »; Soeur

Des congrégations religieuses du Québec se sont mobilisées pour soutenir la recherche en sciences infirmières à l’Université de Montréal. Ensemble, les Soeurs de la charité de Montr��al, «Soeurs Grises», les Soeurs de la charité de Saint-Hyacinthe et de Québec, les Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe ainsi que les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph ont fait un don de 3,25 M$ à la campagne de financement Campus Montréal.

publicité

Le recteur de l’Université, Guy Breton, a chaleureusement remercié les congrégations donatrices. « Nous exprimons aujourd’hui toute notre reconnaissance pour cinq dons qui ont été versés à la Chaire de recherche Marguerite-d’Youville d’interventions humanistes en soins infirmiers de l’UdeM. Cette chaire de recherche, qui vise à élaborer des stratégies d’accompagnement des personnes souffrantes et de leurs proches est essentielle. Surtout ici. Surtout dans une grande université comme la nôtre qui regroupe tous les champs de recherche relatifs aux professions de la santé. »

« À travers cette chaire, nous voyons un partenariat moderne entre l’Université de Montréal et les communautés religieuses, a déclaré la chancelière de l’UdeM, Louise Roy. Cette collaboration nous permet de nous rappeler que ce sont les religieuses qui ont cultivé le savoir en soins infirmiers au Québec et posé les bases de notre système de santé. »

La titulaire de la Chaire, Véronique Dubé, professeure à la Faculté des sciences infirmières, a rappelé que « la création de cette chaire représente une occasion unique de développer un nouveau créneau de connaissances. La Chaire devient également un pôle d’attraction pour les étudiants qui contribueront à l’enrichissement des connaissances dans le but d’améliorer les pratiques et la qualité des soins ».

image