1 décembre 2016
Les élections municipales 2017
Claude Corbeil paré pour un autre mandat
Par: Benoît Lapierre
Claude Corbeil paré pour un autre mandat

Claude Corbeil paré pour un autre mandat

Sylvie Adam et Bernard Barré sont parmi les conseillers qui n’ont pas hésité à annoncer leur participation aux élections municipales de 2017. Photo Robert Gosselin| Le Courrier ©

Sylvie Adam et Bernard Barré sont parmi les conseillers qui n’ont pas hésité à annoncer leur participation aux élections municipales de 2017. Photo Robert Gosselin| Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, ne surprendra personne dans quelques mois, lorsqu’il annoncera officiellement qu’il sollicitera un deuxième mandat aux élections municipales du 5 novembre 2017.

À un an du prochain rendez-vous électoral, il a confié qu’il avait très envie deconserver son siège de maire. « Je ne suis pas rendu là, mais c’est clair qu’on a lancé beaucoup de choses et qu’il va rester pas mal d’ouvrage à faire. Je vais décider ça au printemps », a-t-il déclaré au COURRIER.

Il ne cache pas qu’il aimerait bien assister, en tant que maire de Saint-Hyacinthe, à l’ouverture du nouveau centre des congrès municipal en 2018, lui qui avait beaucoup insisté sur l’importance d’une forte relance du tourisme d’affaires durant la campagne électorale 2013. « Oui, il y aura cette inauguration, et bien d’autres choses encore. J’aime le mandat, j’aime ce que je fais et j’ai la chance d’être entouré d’une bonne équipe », a-t-il lancé.

Et les conseillers?

Parmi les membres de son conseil, presque la moitié ont déjà pris la décision de se porter à nouveau candidat. C’est le cas du doyen du groupe, Bernard Barré, qui vient d’entamer sa 29e année au conseil municipal, une marque que sa compagne de droite à la table, Sylvie Adam, n’a pas manqué de souligner à la séance du 7 novembre.

« Jevais être là, à cette campagne électorale. J’aime beaucoup ça, je suis aussi motivé que je l’étais en 1988. Je peux aussi compter sur un comité de quartier fort qui m’appuie à cent pour cent », a répondu au COURRIER le représentant du district La Providence.

Sylvie Adam ne veut pas être en reste puisqu’elle a déjà décidé elle aussi de défendre son siège dans le district Cascades en 2017. « Certainement, absolument, oui! », a-t-elle lancé au téléphone.

Le conseiller du district Bois-Joli, Alain Leclerc, en est un autre qui ne laisserait sa place au conseil pour rien au monde. « Ma réponse est très simple, c’est oui, je serai candidat. J’aurai encore assez d’interventions à faire pour entreprendre un autre mandat. Il y a plein de projets que je veux voir aboutir. La bonne gestion des deniers publics demeure pour moi une question importante, et je préconise depuis quelque temps qu’on établisse des priorités. À un moment donné, il faut faire des choix stratégiques. Si les citoyens sont prêts à me supporter encore, moi, je suis prêt à les représenter », a commenté M. Leclerc.

André Beauregard, du district Douville, ne s’est pas défilé non plus lorsque LE COURRIER l’a abordé sur la question des prochaines élections. « C’est sûr que je me représente pour un troisième mandat. C’est exigeant, mais j’aime toujours ça. »

Son collègue du district Sacré-Cœur, David Bousquet, se fait plus hésitant : il ne dit pas non, mais n’a pas encore dit oui. « C’est trop tôt pour commencer unecampagne électorale. Je suis en réflexion et je vais prendre une décision au cours de l’été 2017. » Il a expliqué qu’il avait accepté en janvier le poste de directeur des opérations et des ressources humaines au Séminaire de Saint-Hyacinthe, une situation qui changeait la donne pour lui. « Je dois prendre certaines décisions pour rééquilibrer mon rythme, et je vais voir si je peux continuer de concilier mon travail de conseiller avec le reste. Oui, la mairie m’intéresse, mais je ne suis pas encore prêt à y aller, et c’est la même chose pour un poste de député », a-t-il admis.

Arrivé au conseil à l’élection de 2013, Jacques Denis entend bien y demeurer le représentant du district Saint-Thomas-d’Aquin. « C’est clair que j’ai l’intention de me représenter, de solliciter un nouveau mandat de la population aux élections de 2017 », a-t-il confirmé dans un message téléphonique.

De retour au conseil en 2013 après y avoir siégé de 1996 à 2009, Johanne Delage est en train de compléter son dernier mandat. « Je ne reviens pas. Je crois en la nouvelle relève et il faut apprendre à céder sa place aussi. Je suis très contente d’être revenue au conseil, mais entre 2009 et 2013, il y a une génération d’écart. Ça roule très vite aujourd’hui et avec les médias sociaux, les nouvelles se répandent rapidement, » a-t-elle confié au COURRIER. 

Elle aimerait bien qu’une femme la remplace comme conseillère dans Saint-Joseph, mais elle n’a pas de dauphine à proposer pour l’instant. Avec son époux retraité, elle ira s’établir à La Patrie, à mi-chemin entre Sherbrooke et Lac-Mégantic, où elle s’occupera sans doute encore de politique municipale…

Élue à l’élection partielle du 21 février 2016 dans le district Saint-Sacrement, Annie Pelletier a confirmé au COURRIER qu’elle sollicitera un mandat complet de conseillère en 2017.

Quant aux conseillers Nicole Dion-Audette, Donald Côté et Sylvain Savoie, aucun n’a répondu au message que le journal leur a laissé, un signe qu’ils n’ont rien à annoncer à ce moment-ci. La rumeur veut qu’il y en ait parmi eux qui tireront leur révérence à la dissolution du présent conseil.

image