16 juillet 2015
Les policiers l’ont capté à plus de 150 km/h
Collision frontale à haute vitesse sur la route 235
Par: Maxime Prévost Durand
Malgré la force de l’impact, la vie des deux conducteurs est hors de danger, assure la Sûreté du Québec. Photo Courtoisi

Malgré la force de l’impact, la vie des deux conducteurs est hors de danger, assure la Sûreté du Québec. Photo Courtoisi

Une collision d’une grande violence est survenue sur la route 235, entre Saint-Hyacinthe et Saint-Pie, le 9 juillet. Un chauffard roulant à plus de 150 km/h a percuté de plein fouet un véhicule arrivant à sens inverse pendant que les policiers tentaient de l’arrêter.

Publicité
Activer le son

Miraculeusement, les deux conducteurs, un homme de 26 ans et une femme de 31 ans, sont hors de danger malgré la force de l’impact, rapporte la Sûreté du Québec. On ne connait toutefois pas la nature exacte des blessures. La conductrice aurait subi des blessures plus importantes, tandis que le chauffard s’en est tiré avec des blessures jugées mineures par les autorités.

« Les patrouilleurs ont croisé un véhicule qui roulait à une vitesse de plus de 150 km/h dans une zone de 90 km/h lors d’une opération cinémomètre en mouvement sur le Grand Rang Saint-François. Le temps que les policiers fassent demi-tour pour l’intercepter, il y avait eu un impact frontal entre le véhicule et un autre arrivant en sens inverse », indique Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ.

Selon toute vraisemblance, l’accident est survenu alors que l’homme de 26 ans tentait une manoeuvre de dépassement.

La route 235 a été fermée à la circulation pendant une bonne partie de la journée entre la rue Saint-Pierre et le Petit Rang Saint-François pour permettre aux experts d’analyser la scène.

Le conducteur fautif s’est vu remettre un constat d’infraction de 810 $, plus les frais. Un total de 14 points d’inaptitude lui ont été imposés pour grand excès de vitesse, en plus de voir son permis être suspendu.

Des accusations de conduite dangereuse pourraient être déposées contre le jeune homme au terme des conclusions de l’enquête de la Sûreté du Québec. Une expertise mécanique devait être pratiquée sur les deux véhicules.

image