9 novembre 2017
38e Salon des métiers d’art de Saint-Hyacinthe
Comme un gros coffre au trésor
Par: Olivier Dénommée
« Rien ne nous fait plus plaisir que d’entendre des gens nous dire qu’ils allaient dans les salons à Montréal, mais qu’ils préfèrent maintenant venir à Saint-Hyacinthe », souligne Céline Vivier, à droite, avec la présidente du Salon des métiers d’art de Saint-Hyacinthe, Mireille Lynch.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

« Rien ne nous fait plus plaisir que d’entendre des gens nous dire qu’ils allaient dans les salons à Montréal, mais qu’ils préfèrent maintenant venir à Saint-Hyacinthe », souligne Céline Vivier, à droite, avec la présidente du Salon des métiers d’art de Saint-Hyacinthe, Mireille Lynch. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Chaque année, le Salon des métiers d’art de Saint-Hyacinthe et son comité organisateur mettent le paquet pour attirer des milliers de curieux en quête de la trouvaille artisanale parfaite pour offrir en cadeau aux fêtes ou pour se gâter soi-même. Cette 38e édition, du 16 au 19 novembre, espère battre des records d’achalandage.

Publicité
Activer le son

Soixante-quinze kiosques sont regroupés au pavillon La Coop, par rapport à 80 les années précédentes. « On a travaillé fort sur la sélection cette année pour resserrer l’entonnoir. On veut des gens avec une qualité pour que le salon continue de se démarquer », affirme Céline Vivier, directrice de la sélection.
Parmi les exposants, 21 sont membres du Conseil des métiers d’art du Québec (CMAQ) et 16 sont nouveaux au salon maskoutain. Les quelques kiosques en moins permettent, selon la présidente Mireille Lynch, de laisser plus d’espace aux visiteurs pour véritablement échanger avec les artisans, sélectionnés non seulement pour la qualité de leur art, mais aussi pour leur capacité à transmettre leur passion.
Des coups de cœur
Cette année particulièrement, l’artisanat réalisé à partir de matériaux recyclés a la cote au Salon des métiers d’art de Saint-Hyacinthe, que ce soit au niveau des textiles ou du mobilier. « Ce n’est pas parce qu’on dit “recyclé” que ce n’est pas beau et de qualité, au contraire! », commente Mme Lynch. Pour elle, chaque kiosque au salon est comme « un gros coffre au trésor » qui ne demande qu’à être ouvert. Quelques exposants devraient faire des démonstrations de leur travail durant le salon, de façon plus informelle que ce qui avait été tenté l’an dernier.
Pour la convenance des acheteurs, des guichets automatiques seront à leur disposition, en plus de la technologie de paiement Square à la plupart des kiosques. « On ne sait jamais d’avance quand on aura un coup de cœur », rappelle la présidente. Les services de restauration et de vestiaire seront aussi à la disposition des visiteurs.
Du 16 au 19 novembre, Mireille Lynch espère attirer pas moins de 5 000 personnes, un objectif ambitieux pour le salon qui en accueille généralement 4 000. « Sans le Salon des métiers d’art dans vos vies, il vous manque quelque chose! », surenchérit Céline Vivier.

Pour plus de détails sur cette 38e édition, rendez-vous au
www.metiersdartsthyacinthe.com.

image