8 octobre 2020
Commotion chez les apprentis PAB de l’Hôtel-Dieu
Par: Véronique Lemonde

L’arrivée des nouveaux préposés aux bénéficiaires issus du programme de formation accéléré du gouvernement a créé tout un bouleversement dans les effectifs de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

L’arrivée récente de nouveaux préposés aux bénéficiaires (PAB) issus du cours accéléré offert par le gouvernement du Québec semble causer bien des désagréments et de l’insatisfaction chez des employés du CHSLD Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe. Plutôt qu’être l’aide tant attendue venant supporter les équipes déjà en place et leur permettre de souffler un peu, leur arrivée semble au contraire signifier restructuration d’horaire et déplacement de personnel.

Publicité
Activer le son

« Tout le monde est sous le choc ici, soutient une apprentie PAB qui travaillait encore jusqu’au dimanche 13 septembre à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe, et qui préfère taire son identité. Je suis ici depuis novembre, j’ai vécu la pandémie de l’intérieur et je suis en train de finir mon cours de PAB, pas le cours accéléré, mais la formation régulière. Mais là, tous les apprentis PAB et aides de service de l’Hôtel-Dieu sont tassés pour faire place aux nouvelles PAB formées par le gouvernement. C’est insensé! »

Un déplacement de personnel qui se justifie, selon Hugo Bourgoin, conseiller aux relations médias et ministérielles du CISSS de la Montérégie-Est. « Avec l’arrivée récente de 524 préposés aux bénéficiaires en CHSLD dans les différentes installations de notre territoire, il y a un surplus de personnel en hébergement et nous devons équilibrer nos ressources dans l’ensemble des établissements. »

Selon le témoignage recueilli par LE COURRIER, trois choix auraient été offerts aux apprentis PAB et aides de service de l’Hôtel-Dieu : aller suivre la formation accélérée du gouvernement, alors que plusieurs sont déjà en formation de PAB depuis des mois, changer de corps de métier ou redevenir aide de service tout simplement. Des choix que corrobore en bonne partie M. Bourgoin, ajoutant que plusieurs ont eu aussi le choix d’être transférés vers la courte durée, en hôpitaux, avec la formation requise incluse.

Hugo Bourgoin ajoute aussi que les apprentis PAB dans un programme de formation menant à un diplôme en santé auraient tous été gardés dans les milieux d’hébergement, contrairement aux dires de notre témoin. « C’est incroyable, on nous dit que c’est pour mieux répartir les corps de métier, mais on nous tasse, s’insurge-t-elle. Qu’est-ce qu’on doit y comprendre? Ils accueillent 200 nouvelles PAB, mais on entend également qu’ils espèrent qu’il en reste une vingtaine dans quelques mois. Pourquoi déplacer tous les employés qui étaient là avant? Nous avons soutenu les gens, les résidents durant toute la pandémie ce printemps et, là, on nous tasse. Pour plusieurs résidents, c’est un drame. »

Selon le CISSS de la Montérégie-Est, à l’heure actuelle, 22 apprentis PAB ont choisi d’aller vers la courte durée (hôpitaux), 25 se sont inscrits à la deuxième cohorte de formation de préposé aux bénéficiaires en CHSLD, 10 ont changé de titre d’emploi, alors que quatre autres n’auraient pas retourné leur choix après de multiples relances et se sont ainsi retrouvés sur la liste de rappel.

image