3 septembre 2015
Hôtel et centre des congrès
Contrat de 880 000 $ à Neuf Architect(e)s
Par: Benoît Lapierre
Parmi les mandats récents de la firme Neuf Architect(e)s, on retrouve l’agrandissement et la rénovation de l’Estérel Suite & Spa dans Les Laurentides, au début des années 2010.

Parmi les mandats récents de la firme Neuf Architect(e)s, on retrouve l’agrandissement et la rénovation de l’Estérel Suite & Spa dans Les Laurentides, au début des années 2010.

La Ville de Saint-Hyacinthe a arrêté son choix parmi les cinq équipes de ­professionnels qui lui ont soumis une proposition pour la confection des plans et devis du centre des congrès qui ­remplacera le complexe de l’Hôtel des Seigneurs, dont le nouveau propriétaire, Les Centres d’achats Beauward, poursuit la démolition.

publicité

Réunis en séance extraordinaire lundi après-midi, les élus municipaux ont ­octroyé un contrat de 880 448 $ à la firme Neuf Architect(e)s, de Montréal, suivant la recommandation d’un comité de sélection de sept personnes. Cette entreprise est celle qui a obtenu le plus haut pointage au terme de l’analyse des propositions à l’aide d’une grille de pondération comportant des critères qualitatifs. Le prix soumis n’était donc pas le seul élément pris en compte.

Comme ce projet municipal repose sur un partenariat avec la firme Les Centres d’achats Beauward, laquelle doit construire l’hôtel de 200 chambres qui desservira le centre des congrès, Neuf Architect(e)s sera vraisemblablement celle qui sera aussi retenue par Beauward pour s’occuper de cet important volet du dossier.

Le choix des architectes et ingénieurs constitue l’un des éléments de l’accord de principe que la Ville a conclu tout ­récemment avec Beauward, car les parties tiennent à ce que le centre des congrès et l’hôtel soient harmonieux tant au plan architectural qu’à celui du design intérieur.

En vertu de l’entente, dont les termes précis n’ont pas été dévoilés, l’appel d’offres public lancé par la Ville à ­l’intention des professionnels concernait aussi le volet privé de l’hôtel. Les firmes intéressées ont dû se procurer deux ­documents de soumission, et la firme Beauward doit aussi déterminer quel ­bureau dessinera les plans de l’hôtel. À moins d’un ­problème sérieux qui l’inciterait à recourir à une clause suspensive, Beauward fera aussi appel à Neuf Architect(e)s, car il a été convenu que la Ville avait préséance quant au choix du consortium chargé de la conception des bâtiments.

Le conseiller Alain Leclerc, qui a proposé lundi l’octroi du mandat à Neuf Architect(e)s, s’est dit très satisfait du ­résultat de l’appel d’offres. « Nous sommes très contents, plusieurs joueurs ont ­soumissionné, et c’est ce qu’on voulait. Le prix n’était pas le critère premier, mais c’est en bas de ce qu’on s’était fixé. Tout est parfait », a-t-il commenté.

Dans sa dernière édition, LE COURRIER révélait que, selon nos sources, le centre des congrès municipal ne serait pas construit sur un terrain acquis par la Ville, mais sur un terrain loué à Beauward en vertu d’un bail emphytéotique de 40 ans. M. Leclerc n’a pas été en mesure de confirmer cette information. « Ce n’est pas un secret, mais il faut que ce soit d’abord ­autorisé par le maire et la direction générale. Ce sont eux qui sont autorisés à discuter de ce sujet-là », a-t-il laissé tomber.

Il a ajouté que, maintenant que l’étape du contrat aux professionnels avait été franchie, les autres étapes allaient suivre. « Les éléments vont venir les uns après ­les autres, tout va débouler par la suite », a-t-il dit.

Interrogé à son tour sur la question du bail, le maire Claude Corbeil n’a ni confirmé, ni infirmé ce que LE COURRIER a avancé dans ses pages. « Ce qui a été convenu entre les parties, c’est qu’on ne ferait aucun commentaire à ce moment-ci. Il reste des vérifications à faire, et dans un dossier comme celui-là, ça peut prendre un peu de temps. Quand on aura plus de nouvelles, ça nous fera plaisir de vous les communiquer. Mais je suis extrêmement fier de la façon dont ça progresse, on vient d’embaucher les professionnels et on a obtenu un bon prix. On croyait que ce ­serait plus cher que ça; selon nos ­prévisions, ça aurait pu dépasser le ­million, c’est clair », a indiqué M. Corbeil. Il maintient que la construction du ­complexe démarrera au printemps 2016.

image