11 septembre 2014
Corbeil mise sur des contributions gouvernementales
Par: Jean-Luc Lorry

Le maire de Saint-Hyacinthe Claude Corbeil croit que le projet du tunnel Casavant doit être supporté financièrement par les deux paliers gouvernementaux. L’octroi de contributions donnera le feu vert au début des travaux de construction.

Afin que la facture estimée à 30 M$ puisse se diviser à parts égales entre la Ville, Québec et Ottawa, ce projet doit impérativement répondre aux critères d’admissibilité du Nouveau Fonds Chantiers Canada et être priorisé par le ministère des Transports.

« On va prendre le temps qu’il faut pour obtenir du financement. Le projet de tunnel Casavant est un dossier majeur », estime Claude Corbeil.

Un possible règlement d’emprunt par la Ville pour financer les travaux qui seront réalisés par le Canadien National ne semble pas être une option retenue par le premier magistrat.

« On ne peut pas endetter la Ville de 30 M$ pour un tunnel. Le sénateur Jean-Guy Dagenais qui est en lien avec le ministre Lebel, nous a dit qu’il y avait des possibilités de financement via le Nouveau Fonds Chantier Canada », soutient M. Corbeil.

Fin mai, la municipalité avait ratissé large en adressant une demande d’aide financière au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (Pierre Moreau), à celui des Transports (Robert Poeti) et au ministre responsable de l’Administration gouvernementale (Martin Coiteux).

Début août, le maire Claude Corbeil et la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, s’étaient déplacés à Québec pour rencontrer l’équipe de Pierrre Moreau et lui démontrer l’importance d’une participation gouvernementale.

Pour se donner toutes les chances, M. Corbeil considère que le boulevard Casavant devra intégrer l’artère provinciale 235 qui traverse la municipalité. « Nous avons déposé un projet d’étagement ferroviaire pour une route numérotée », précise le maire.

Admissible selon Bousquet

Le conseiller David Bousquet est bien au fait lui aussi du dossier du tunnel Casavant. En 2010, celui-ci avait renversé la vapeur en ramenant sur la table du conseil les avantages d’un tunnel comparativement à l’option d’un passage à niveau.

Selon M. Bousquet, ce projet serait admissible au Nouveau Fonds Chantiers Canada dans la catégorie « autoroutes et grandes routes » un programme qui inclut des sauts-de-mouton sur plusieurs types de routes.

« Cela signifie que nous nous qualifions comme étagement routier et ferroviaire sur une route collectrice », croit le conseiller Bousquet.

Celui-ci encourage également l’administration municipale à bien étudier les besoins futurs de la Ville avant de confier ce long chantier entre les mains du Canadien National.

« Cet aménagement permettra d’ajouter un second accès au Cégep de Saint-Hyacinthe. Une nouvelle artère pourrait ainsi relier le boulevard Casavant à l’établissement d’enseignement. De plus, en prévision du train de banlieue, il faudrait bâtir un pont pouvant supporter trois voies ferrées », estime David Bousquet.

image