6 novembre 2014
Développement économique de Saint-Hyacinthe
Corbeil sollicite le ministre Bernier
Par: Jean-Luc Lorry
Le ministre fédéral Maxime Bernier en compagnie du maire Claude Corbeil à l’hôtel de ville de Saint-Hyacinthe.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le ministre fédéral Maxime Bernier en compagnie du maire Claude Corbeil à l’hôtel de ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a profité de la visite du ministre d’État de la Petite Entreprise et du Tourisme, Maxime Bernier, au salon agricole le Suprême Laitier pour réclamer que le gouvernement fédéral contribue financièrement au développement économique de la région.

Publicité
Activer le son

Le prolongement du boulevard Casavant et la relance du tourisme d’affaires ont été au coeur des discussions privées entre Claude Corbeil et le ministre fédéral et député de Beauce, Maxime Bernier.

« En tant que maire de la Ville, j’ai le devoir d’aller cogner à toutes les portes. Nous ne voulons pas hypothéquer la situation financière de Saint-Hyacinthe », a dit le maire Corbeil. Le premier magistrat faisait référence à la pluie de millions que représente la construction du tunnel Casavant et d’un centre de congrès. Il s’agit de deux projets jugés majeurs et nécessaires pour le développement économique de la municipalité.

« Cette petite section du Boulevard Casavant longue de seulement 320 mètres représente un investissement de 30 M$ », a précisé le maire de la Ville.

Maxime Bernier a pris bonne note des demandes du maire de Saint-Hyacinthe. « Dès que l’entente sera signée entre mon gouvernement et celui du Québec sur les fonds de Chantier Canada, il sera important que le palier provincial priorise le dossier de Saint-Hyacinthe pour que nous puissions y donner suite », a indiqué Maxime Bernier, en entrevue au COURRIER.

« Nous allons continuer à faire des pressions amicales auprès du gouvernement du Québec pour qu’il comprenne la nature de la situation et l’importance du dossier pour la municipalité », a-t-il poursuivi.

Par contre, M. Bernier ne s’est pas trop avancé sur de possibles subventions pour un projet de centre des congrès.

« Il faut regarder si Développement économique Canada dispose de programmes de financement dédiés au tourisme d’affaires. Nous verrons alors si le fédéral peut aller de l’avant dans ce projet de centre de congrès », a mentionné le ministre.

Pont Maurice-Richard?

À titre de ministre fédéral du tourisme, LE COURRIER a demandé l’opinion de Maxime Bernier sur la volonté d’Ottawa de renommer le futur pont Champlain, le pont Maurice-Richard en l’honneur de la légende québécoise du hockey.

Dans ce dossier qui crée la controverse, le ministre Bernier assure que le choix final n’est pas encore coulé dans le béton.

« En temps et lieu, le gouvernement prendra position. Nous allons faire le débat à l’interne et nous arriverons avec une décision. Le plus important, c’est qu’il y ait un pont au Québec, que les gens l’utilisent, que le péage soit à un coût raisonnable et que son nom fasse le plus grand consensus au Québec », a répondu Maxime Bernier sur le sujet.

Celui-ci n’a pas souhaité commenter la décision du candidat conservateur en 2008, René Vincelette, de se présenter cette fois, sous les couleurs libérales aux prochaines élections fédérales dans le comté.

Le nom du candidat conservateur sera bientôt connu. Ce devrait être le ministre Denis Lebel qui en fera l’annonce comme lieutenant politique du Québec pour le Parti conservateur.

image