29 mars 2018
Cordâme jazze Satie
Par: Maxime Prévost Durand
Le groupe Cordâme reprend Erik Satie à sa façon dans le cadre du spectacle Satie variations, présenté à Saint-Hyacinthe le 7 avril. Photo Courtoisie Amélie Fortin

Le groupe Cordâme reprend Erik Satie à sa façon dans le cadre du spectacle Satie variations, présenté à Saint-Hyacinthe le 7 avril. Photo Courtoisie Amélie Fortin

Depuis qu’il a découvert la musique d’Erik Satie à son adolescence, Jean Félix Mailloux a toujours été inspiré par son univers excentrique. Avec son sextette Cordâme, le contrebassiste s’est penché sur quelques-unes des œuvres du compositeur français afin d’en faire un projet original, Satie variations, lui donnant une signature quelque part entre le jazz et la musique classique.

Publicité
Activer le son

Même si le répertoire de Satie est principalement composé de pièces pour piano, Cordâme l’a porté à un tout autre niveau avec son ensemble à cordes. En plus de la contrebasse et du piano, on retrouve une harpe, un violon, un violoncelle et des percussions. « On a vraiment amené ses mélodies dans notre univers et ça donne quelque chose de très différent », soutient Jean Félix Mailloux.

C’est dans un cours de littérature musicale, au secondaire, que le compositeur de Cordâme a entendu pour la première fois les œuvres d’Erik Satie. « J’avais tripé sur le côté excentrique de sa musique. Il y avait un côté intriguant, avec des mélodies originales. Ses pièces vont droit au but, mais elles permettent aussi d’aller plus loin. »

Avec le projet Satie variations, c’est la première fois que Cordâme, groupe formé en 2004, s’attaque aux pièces d’un grand compositeur, alors que toute la musique qu’il avait fait paraître jusque-là était des pièces originales « On jouait déjà certaines pièces de Satie de temps en temps dans nos spectacles, comme “Autour de Gnossienne I”, confie-t-il. L’idée d’en faire un projet en soi est venue au fil des années. »

Jean Félix Mailloux a passé plusieurs mois à écrire les pièces afin de les transposer dans l’univers de Cordâme. « J’ai changé beaucoup de choses. Pour certaines pièces qui étaient jouées en mineur, je les ai amenées en majeur, par exemple », explique-t-il.

Le résultat donne quelque chose de tout à fait unique. « La contrebasse et les percussions donnent un côté très jazz, tandis que la harpe, le violon et le violoncelle donnent un côté musique de chambre. Ça peut plaire autant aux amateurs de jazz que de musique classique. »

Cordâme viendra présenter le spectacle Satie variations le samedi 7 avril à la salle Desjardins du Centre des arts Juliette-Lassonde. « Ce sera notre première fois dans cette salle, souligne Jean Félix Mailloux. Il s’agira de la 50e représentation de notre tournée. » Avec ce projet, Cordâme avait d’ailleurs été finaliste pour le Prix RIDEAU Tournée, remis plus tôt cette année.

image