3 juin 2021
COVID-19 : les cas à leur plus bas en neuf mois
Par: Maxime Prévost Durand

Le nombre de cas de COVID-19 est à son plus bas depuis août dans la région maskoutaine. Seulement six cas sont répertoriés dans toute la MRC et sont dispersés à Saint-Hyacinthe et à Sainte-Madeleine.

Publicité
Activer le son

Ces données plus qu’encourageantes coïncident avec l’allègement des mesures sanitaires partout en Montérégie, où le palier d’alerte est passé à l’orange, lundi, après plus de sept mois et demi en rouge. Cela a notamment permis la réouverture des salles à manger des restaurants et le retour complet des élèves de 3e à 5e secondaire en présentiel. Le couvre-feu a également été levé quelques jours plus tôt, le 28 mai, date à laquelle il est redevenu permis de se rassembler jusqu’à huit à l’extérieur dans une cour privée.

Il faudra toutefois attendre au moins jusqu’au 14 juin, selon ce qui est prévu pour le moment, pour passer au palier d’alerte jaune. Cette prochaine étape permettra notamment à des gens provenant de deux adresses différentes de se réunir à l’intérieur d’une maison et les bars pourront rouvrir.

Pendant ce temps, la vaccination continue de bien aller. Près de 57 % de la population du Réseau local de santé Richelieu-Yamaska (l’axe Beloeil, Saint-Hyacinthe et Acton Vale) a reçu au moins une dose, selon les plus récentes données de la Direction de santé publique de la Montérégie, datant du 26 mai. Ces chiffres sont légèrement supérieurs à la moyenne montérégienne, établie autour de 56 %.

Par ailleurs, de nouvelles statistiques diffusées par la santé publique permettent maintenant de constater l’évolution de la vaccination par groupe d’âge. On remarque ainsi que plus de la moitié des personnes de 30 à 39 ans ont déjà été vaccinées, une donnée qui monte à 67,8 % pour les 40 à 49 ans et à 81 % pour les 50 à 59 ans. Ces taux atteignent même 90,9 % pour les personnes de 60 à 69 ans et 94,2 % pour les personnes de 70 ans et plus. Chez les adultes de 18 à 29 ans, qui font partie de l’un des derniers groupes à avoir eu accès à la prise de rendez-vous pour se faire vacciner, plus de 34 % d’entre eux ont reçu une dose. Déjà 4,4 % des adolescents de 12 à 17 ans avaient aussi tendu le bras à peine quelques jours après avoir été ajoutés à la campagne de vaccination.

Pas de bals de finissants, à moins que…

Même s’ils pourront terminer les classes sur les bancs d’école plutôt qu’à la maison, les élèves de 5e secondaire croisent maintenant les doigts pour pouvoir célébrer leur bal de finissants, quitte à ce que ce soit plus tard dans l’été.

Après avoir fait savoir que les bals de finissants devront être annulés encore cette année, la santé publique a affirmé, mercredi, qu’elle réévaluerait sa décision devant la grogne populaire que cette annonce a soulevée.

La couverture vaccinale de ce groupe d’âge sera toutefois « une partie importante de l’équation », a indiqué le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda. Il s’est néanmoins engagé à voir « dans quelles conditions, potentiellement, et quand ça pourrait avoir lieu », sans pour autant promettre qu’il sera possible de tenir ces cérémonies.

image